SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

SUR LA COTE VENDEENE AVEC LES AUDAX DU VOYAGE 06 (1e Partie)

On commence avec la mer et sa côte de Lumière

du Lundi 24 au Jeudi 27 Juillet 2006

La Vendée c’est un monde à part et plein de contrastes où l’on construit autant de sentiers cyclables que d’autoroutes et où l’on s’appuie avec foi sur le passé pour mieux croire dans l’avenir.

Chaque année, depuis 1974, j’organise l’expédition des« Audax du Voyage » de quatre étapes cyclistes dans une région de France différente. Après le Périgord (Sirac), le Pays Basque (Sare) puis la Haute Loire (Le Puy en Velay), nous avons jeté notre dévolu sur la côte Vendéenne.

En fait la Vendée nous est assez familière. A preuve cette invitation qui date de fin décembre 2005. Les parcours reprennent, avec bonheur, les suggestions de Frédéric Millet dans la revue Le Cycle (N° 343) de Septembre 2005, sous le titre « La Vendée vogue sur l’Océan ».



01) Nous avons retenu 8 chambres (7 couples plus ou moins normalement constitués et une individuelle) à l’Hôtel La Corniche à Saint Hilaire du Riez.

Nous n’aurons qu’à nous féliciter de l’hospitalité de cet hôtel, merveilleusement bien situé, qui dispose même d’un local pour nos 11 vélos.

02) L’Hôtel de la Corniche est situé … face à la Corniche vendéenne, avec vue sur le « Trou du Diable » et à proximité de nombreux campings.

C’est de là que nous prendrons le départ de quatre étapes cyclistes de 100 à 130 km.

On reconnaîtra, de gauche à droite: Willy Dewaele, Michel Duhaut, Jackie devreese, Jean Pierre Dupriez, Mathilde lamant, Alain Hologne, Christian Fiévet, Bernard Clément, Paula Dupriez, Micheline Hologne, Paul Decraeye et Roger Vandeneycken. Photo André Tignon.



03) La première étape part en direction de Talmont puis les Sables d’Olonne pour revenir le long de la Côte de Lumière.

Premier arrêt, km3, sur le pont de la Vie qui traverse Saint Gilles Croix de Vie, cité balnéaire et portuaire qui affiche son titre de capitale de la sardine.

04) En quête de sensations fortes les touristes décident d’un crochet pour voir la « passerelle/observatoire » annoncée en direction de la ferme Moulin des Rochelles…



05) Ils ne seront pas déçus car la route se termine en cul de sac. Pas de passerelle en vue mais bien une réserve d’oiseaux qui profitent de la flore et de la faune aquatique.

Moment de nature avant le bris de chaîne du tandem.

      Venus pour rouler, on roule.

06) Impossible de ne pas remarquer, et de ne pas profiter, les sentiers cyclables qui font la fierté du Conseil Général, d’ailleurs gratifié du Trophée National du Vélo 2006.



07) Nous sommes alors momentanément guidés par le Lillois Jean Pierre Rebouché (en maillot du Cyclo Club Sablais) qui est venu, de sa maison de vacances, à notre rencontre.

08) Dans la troupe on se réjouit de rouler dans la roue d’un Nordiste qui profite d’une retraite bien méritée.



09) Et ceux de l’arrière n’en pensent pas moins.

10) Les 500 km de sentiers cyclables vendéens sont de type très différents : parfois une piste ou une bande longeant la route, souvent un sentier en site propre non revêtu le long de la côte.



11) N’y voyez pas malice mais c’est là que nous devrons réparer l’une des trois fuites du voyage.

12) Réparation faite, Jean Pierre échange ses impressions de Diagonaliste de France avec ses compagnons Diagonalistes avant de regagner ses pénates.



13) L’apéro du jour se fera sous la forme d’une dégustation de vins d’Anjou (Brissac-Quincé), servis à l’entrée du camping des Bussolières à Saint Hilaire du Riez.

      Puis vint le deuxième jour, vers Noirmoutier

14) On retrouve les sentiers de Vendée pour gagner l’île de Noirmoutier, via Saint Jean de Monts.



15) Un sentier sablonneux, protégé par des chicanes, emprunté surtout par les vacanciers riverains.

16) L’affluence est grande pour le passage, à marée basse, du Gois.

Cette route de 4 km submersible au gré des marées est un cas unique en Europe pour relier une île au continent.



17) Pour le secours de voyageurs imprudents, on a prévu des poteaux refuges.
Vous allez voir plus loin que Moustache aura finalement bien besoin de secours.

18) Sur le bas-côté, parmi les nombreux pêcheurs de palourde, une scène cocasse avec un couple, dont la dame a les jambes prises dans la vase, sollicitant de l’aide.



19) Le cliché en atteste : les cyclos songent plus à rire du malheur de la dame qu’à y porter remède !

PS : tout finira bien sauf que les chaussures de la dame… sont restées au fond !!

      Les cyclos et la vie de touristes.

20) Bonne humeur à notre sortie de la Crèperie-Brasserie du Chapiteau, entre La Guérinière et L’épine, où l’incompétence flirtait avec l’arnaque !
- Au menu choix entre crudités ou rillettes de poissons … mais, à midi, il n’y avait plus de crudités !
- Erreur d’une bouteille de Muscadet en trop sur une souche !!
- Discordance de 2 € sur la facture d’une bouteille de Mareuil par rapport au tarif !!!



21) Alors vivement la campagne qui nous plonge en plein marais salants.

Arrêt des vélos.

22) Avec le râteau en guise de truelle, Jackie fait une démonstration du coup de main du saulnier.



23) Puis, avec le renfort de Moustache, c’est la récolte du gros sel marin.

On vous recommande le sel de Noirmoutier, il sera bon cette année.

24) L’île est également célèbre pour la qualité de ses pommes de terre.

Ici c’est toute la troupe qui se propose pour l’arrachage à la main.



25) Les richesses naturelles nous inspirent.

Voilà Alain qui explique comment on se sert du fenouil pour préparer le pastis, etc …

26) Et la route nous conduit jusqu’au bout du chemin, à la pointe nord-ouest de l’île, au port de L’Herbaudière.

Question : « Si on traverse la mer, où arrive-t-on ? »


      Il n’y a plus qu’à rentrer


27) Les 8 Leffe (« sorties du même tonneau » certifie le garçon) commandées ne sont pas de la même couleur !

La patronne s’incline : « Ce n’est pas le genre de la maison », assure-t-elle.

On nous prend vraiment pour des touristes !

28) L’averse arrive à point nommée pour rafraîchir l’atmosphère.

Un quart d’heure de mauvais temps sur tout le séjour dans une région touchée par la sécheresse.



29) L’agrément reprend ses droits et les vélos nous conduisent autour du Château de Noirmoutier en l’Ile.

30) Direction la sortie de l’île en empruntant la piste obligatoire qui permet d’éviter la 2x2 voies des autos.



31) Via la Barbâtre, le "continent" est presque en vue.

32) Franchissement du pont qui fait de Noirmoutier une presqu’île.


      Soirée mouvementée


33) Cette très belle et intéressante étape connaît son prolongement avec un détour apéritif au camping Le Vieux Ranch de Notre Dame de Monts.

Avec son allure de cow-boy, rien moins que mon frère Pierre, campeur choletais en terres vendéennes.

34) Le retour, tonitruant, fut ponctuée d’une chute de Moustache après un accrochage avec un scooter. Or le scooter était conduit par Pauline qui travaille à l’Hôtel de la Corniche et qui … vient donc prendre des nouvelles.

Tous deux, et nous aussi, sont quittes d’une petite frayeur !




C’était la partie Côte Vendéenne du voyage. Voyez les étapes de l’intérieur et découvrez l’épopée vendéenne, de la Roche sur Yon à Challans, avec le reportage suivant: en cliquant ici


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil