SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

73 PLAISIR A BRAINE LE COMTE

Randonnée des Rivières du Braquet Brainois

le Jeudi (Ascension) 20 mai 2004

En ce jeudi d’Ascension, au départ du Domaine Mon Plaisir, les Brainois, dont Christian Fiévet, voulaient nous élever au ciel. Un ciel qui a inondé de soleil 333 cyclos pas pressés de retourner.

En fait de rivières, nous ne reconnaîtrons, et encore, que la Senne qui s’en va traverser … Bruxelles notre capitale à quelques 30 kilomètres de là. En revanche c’est rassurant de voir qu’à quelques encablures d’une grande ville on puisse rouler à vélo sur des routes aussi tranquilles que doucement vallonnées. Un vrai « plaisir » comme ils disent au Domaine de Braine le Comte.



01) Dialogue à la table d’inscription où se retrouve deux cyclos perdus de vue depuis les années 70 : « Ah, Ferdinand, comment ça va ? » - « Bien, mais je me contente d’une petite distance. Et toi, Christian, tu roules encore ? » - « Je ne me plains pas. Samedi je fais un 400. Et en juin je vais tenter d’enchaîner trois Diagonales de France ». Et pourquoi il a toussé, Ferdinand ?

02) Regroupement avant de partir. Mais on n’a pas encore réalisé que l’inscription à 1,75€ a donné droit à un ticket boisson pour une « bière spéciale » à l’arrivée. Du « dumping » certifie un économiste en parlant d’une stratégie qui consiste à vendre à perte pour gagner une clientèle.



03) Pour rouler en pleine campagne on pourrait suivre ce trio de Brainois. On choisit de faire confiance au fléchage. Fléchage efficace mais marqué d’un « P » énigmatique. « P comme Praquet Prainois ? » demande le plus malin d’entre nous.

04) Le plus malin se trouve forcément dans notre équipe tournaisienne. Sauf que Jackie Devreese a pris quelques encablures d’avance et que le photographe est déjà au fossé.



05) Sans crier gare, et sans avoir remarqué d’autre rivière que la Senne, nous voilà déjà au ravito tenu par Jean René Dandois. Un Jean René qui annonce qu’en juin il va participer au Tour de France cyclo de la FFCT.

06) Et Jean René de verser une rasade supplémentaire de citron à son compagnon de club.



07) Et encore une petite tournée, reprend en chœur la troupe arrêtée à Sint Pieters Kappelle.

      Aux confins du Hainaut, du Brabant Wallon et de Flandre Orientale.

08) On reprend la route qui, sur le 60 km, fait un grand tour de Rebecq, aux confis du Hainaut, du Brabant Wallon et de la Flandre orientale.



09) En ce jeudi qui est comme un dimanche, voilà un trio qui fait du sport.

10) En face, débouche un groupe aux maillots d’Affligem. Une sortie typiquement club : tout le monde en tenue, en groupe compact et voiture d’escorte.



11) Les difficultés du jour n’existent pas, mais le parcours n’est jamais monotone. Ce n’est pas un pont, sur l’autoroute A8 et la ligne de TGV Lille-Bruxelles, qui peut faire la différence.

12) Le groupe des Audax Tournai est renforcé par le maillot Dexia, juché sur un ancêtre de vélo. Mais pourquoi des ailettes papillons et une roue libre cinq vitesses seraient moins efficaces pour nous accompagner ?



13) Encore doublés, nous n’arriverons pas les premiers à Braine. L’inquiétude grandit : « Pourvu qu’il en reste à l’arrivée ». « Il »… c’était de la place à l’ombre !

      Steenkerque: son église classée et son auteur réputé.

14) En fin de parcours nous contournons Steenkerque dont l’église nous vaut un coup de cœur. A cause de la côte, du paysage ? Certes, un peu. Mais Steenkerque est un village mis en valeur par un romancier dont je suis « fan ». René Hénoumont, un Ardennais qui a vécu à Steenkerque, a le don de me passionner par ses récits. Une des meilleures plumes wallonnes.



15) « La photo, c’est pour le site ? Alors je vais le visiter demain ! », nous lance le cyclo. Bonjour visiteur.

16) Ce duo superbe masque le fond que je voulais immortaliser.



17) Et j’ai bien fait de patienter. Un groupe compact se lance dans la montée qui est la principale du parcours. A moins de dix km de l’arrivée.

18) Et gros plan sur les hommes en action.



19) Un peu plus loin, les hauteurs donnent une belle idée du caractère champêtre de notre randonnée d’Ascension.

20) A l’entrée de Braine Michel Vinage, de Chimay, revient sur le circuit : « Je n’ai pas résisté à l’envie de revoir l’Ecole Normale où je fus pensionnaire voilà une quarantaine d’année. J’y ai eu Christian Fiévet comme professeur de Lettres Classiques. Un copain de vélo aujourd’hui ! »



21) Et Michel Vinage de nous rejoindre à table, non sans montrer le maillot de son club qui porte le nom de la ville « Chimay ». Nom écrit avec le lettrage de la marque trappiste… que reconnaissent les spécialistes. Un de Chimay parmi les bleus…

22) Son maillot vaut bien celui du Massif Jurassien qui n’est pas loin du beuglement.


      A table les cyclos.


23) Puisqu’on est à table on fait faire le tour des tables. En commençant par les cyclos de Brugelette que l’on voit toujours attablés ( ?).

24) Mais il y a aussi notre table : « Pour venir ici c’était facile avec le fléchage. Mais pour retourner, comment on va faire, sans les flèches ? »



25) Pour ceux qui n’ont pas compris : faire un lien entre Chimay la ville et Chimay la bière. Et même Michel de Chimay.

26) A la table voisine on consomme, avec modération. Mais sans se poser de question.



27) Ambiance chez les cyclos de Chièvres, aux maillots jaunes sponsorisés par Jean Brouillard.

28) Du club le plus nombreux, les cyclos de Soignies portent la marque « Belot ».



29) Et pendant ce temps, totalement imperturbables, Alain, Michel et Christian refont le monde cyclo : vrais ou faux cols ? gentils ou méchants transfuges ? A quand le BRM Orchies-Corée ?
N’importe quoi !



Voilà comment une sortie locale, mais volontairement hors de nos bases ordinaires fait passer une belle matinée. Merci aux Brainois et tant mieux si notre retour de visite leur a plu.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil