SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

2e partie de MONS CHIMAY MONS

Voir Chimay et boire à Mons

le Samedi 1 mai 2004, après midi.

Longue est la route de Mons-Chimay-Mons si l’on opte pour le 200. Moins longue est la route si l’on choisit le 150. D’un côté le brevet cyclo-côteur et de l’autre le brevet à dénivelé de la FBC.

Nous étions, sur la route de MCM en pleine expectative. Les uns (environ 500) s’en allaient vers la gauche, en direction de Couvin et des côtes du barrage de l’Eau d’Heure. Les autres (environ 1000) filaient directement vers Chimay. Sachant que nous ne re-verrions pas les costauds avant Mons sans un peu d’astuce, j’ai choisi l’option de poursuivre… le reportage photos. Le 200 c’est trop exceptionnel. Que le Singe de Mons me pardonne et porte chance. D’ailleurs je suis déjà un peu récompensé : ce lundi 3 mai, mon site a connu un nombre record de visiteurs.



01) Retrouvons le carrefour de la séparation. Les cyclos de Leers (premier club « étranger » avec 31 inscrits) n’ont pas patienté en vain : certains se lancent vers la grande boucle.

02) Et ils sont suivis par un groupe imposant qui ne se pose pas de questions : « A nous les escalades de Couvin, Pétigny et le Ry de Rome ».



03) Revenons donc au 150 qui coupe court en passant directement au dessus du clocher de Virelles.

04) Et c’est la liesse sur la place de Chimay. Nous y retrouvons le président FBC, Maurice Buermans qui a la bonté d’expliquer ce qu’il en résulte du « splitsing » enfoiré : « Nous avons été inconséquent de le voter avant d’y réfléchir. L’étude nous permet de calmer le jeu ». Provisoirement ?



05) Devant la caméra de la TV locale « Mons-Borinage » le président explique qu’il est là pour s’entraîner. Il va s’engager dans le 400 fédéral Bruxelles-Luxembourg du 3-4 juillet.

06) On retrouve aussi un trio de l’Urfa-Lille : « Notre calendrier club favorise MCM puis la Tournaisienne de Samedi prochain. Après cela nous comptons sur vous pour Lille-Calais le 16 mai parmi les 3000 cyclos attendus ».



07) Michel Caucheteux, cheville ouvrière à l’Urfa, montre qu'il roule comme une moto. « Pourtant cette année je décompresse. L’an dernier, la saison fut belle avec Paris-Brest. »
Petit clin d'oeil à "Bob", le Wasquehalien.

08) Et sur la place de Chimay c’est Patrick Honoré, dit « Hono », qui nous interpelle : « C’est fait, nous avons enregistré 2050 participants. La barre des 2000 est franchi ». Sur ce, en reprenant son vocabulaire, on pourra se « déssoiffer » puis « demi-tourner ».



09) Mais pas sans montrer que le succès s’explique par le travail des bénévoles. Ici Pierre Courcelles, un cyclo voyageur, préposé au pain d’épice. Et son voisin qui passe le papier Q ! Il n’y a pas de sot métier… dans une grande organisation.

10) L’ambiance est d’ailleurs celle des grands jours. Il reste encore 75 bornes à parcourir. Pourtant les cyclos de Brugelette fêtent déjà l’événement d’une réussite programmée. Chimay bleue !



11) « Folle » ambiance avec Marraine Mathilde et Nadine, dans leur style pin’up cher aux motards.

      "A Chimay, se déssoiffer puis demi-tourner", dixit Hono.

12) Après le contrôle, survient la « dragonnade » des Dragons : 100m à 20%. Victoire méritoire car les cyclos assidus connaissent la dérivation : « Tout à gauche » se comprend différemment.



13) Le parcours n’a rien perdu de son pittoresque. A preuve ce passage devant le château à l’Orée des Bois.

14) La traversée de Sivry réclame encore un bel effort. Brusque pente rude au début et douce pente interminable ensuite.



15) Tout cela nous ramène de nouveau à Bersillies, avant la dernière étape. Le ravito est toujours là, mais misérable. La denrée est devenue tellement rare que les bananes sont coupées en quatre.

16) Les cyclos de Brugelette sont encore installés !. Sous un parasol à la gloire de « Charles Quint ». C’est qui celui-là ? Un empereur (d’un territoire où le soleil ne se couchait jamais) ou une bière (dont les verres sont à quatre anses)?



17) La terrasse est d’un grand réconfort. Tout bonnement formidable.

18) Hono, omniprésent, est là dans son rôle de surveillant de l’organisation. Tout le monde est à son poste.



19) Les cyclos d’Escaudoeuvres, près de Cambrai, sous le contrôle d’Hono, ne vont pas nous contredire.

20) La tentation fut trop forte ! Aviez-vous remarqué la pub pour le Picon au vin blanc du Café de la Bonne Humeur ? Les joies de la frontière française et de certaines traditions. Willy va rentrer tard car, vacciné, il attendra que son éthylomètre indique « négatif ».



21) Sur la place nous retrouvons un cyclo mouscronnois qui est sur le 100. Pas peur fier d’être revenu dans le milieu des cyclos.

22) Mais qui voyez-vous au contrôle ? Un « Dragons Audax de Mons », avec le maillot, qui enfreint la consigne : « Mons-Chimay-Mons, c’est pour les autres ». Oh la la, ça va barder si on montre cette photo !


      C'est la route finale ("champ" du 1er Mai)!


23) Pour sa punition, cet outrecuidant Dragons devra rouler seul. Sur une route, un chemin de remembrement, qui ne manque d’ailleurs pas de charme.

24) Il sera dépassé, sans un regard, par un petit groupe des Audax Tournai, sous la conduite de Guy Delvaeye et de Sylvie Delzenne qui terminent le 200.



25) Ce chemin tranquille annonce la fin du circuit bucolique. Après cela on revient à la civilisation.

26) Problème technique pour le cyclo qui est attendu par Fernand Dernies, de Tubize. Fernand, le père de l’ancien champion Michel Dernies, roule les longues distances. Mais sur une jambe. Un fameux courage qui lui permet de vaincre son handicap. Avec une pointe de déception« Sans cela, c’est moi qui aurais couru ! »



27) Sur la grand route de Beaumont, voici la côte d’Harmignies. Dernière mais éprouvante difficulté du jour. Que de sprints, pour l’honneur, en cet endroit !

28) Fernand Dernies n’est pas le dernier à mettre en route. Pour lui c’était MCM après le BRM 200 de Braine le Comte et avant le 185 de la Tournaisienne.


      Podium à l'arrivée de Mons Chimay Mons.


29) Nous voilà rentrés à Mons. Mathilde, la populaire « marraine » des Audax Tournai reçoit un nouveau « Singe de Mons » pour les 6300 km parcourus par le club. « J’espère qu’il me portera un peu mieux chance que l’an dernier ». Freddy, si tu nous écoutes… Salut !

30) Et, n’oublions pas le principal, le président Jacques Demoulin est à son affaire : au micro et sur le podium. Dans son rôle de public-relations et de distributeur de plaisirs.



31) Il nous fait la surprise d’un trophée spécial destiné à Henri Dervaux qui, à moins de 14 ans, vient de réussir le 200 : « Mon plus beau parcours de jeune cyclo ». Avec les anciens il apprend vite.

32) Ancien, Henri Labasse l’est assurément, car il a été dix fois médailles d’or à la Marmotte de l’Alpe d’Huez. Savez-vous ce qu’il cherche en compagnie du cyclo d’Antoing? Sa photo, tiens pardi !



33) La fête est finie. Les barrières vont être rangées car le parking se vide.

34) Encore le temps de passer la main sur la tête du singe. « Merci d’avance pour la chance …! »




Un premier grand truc qui met du piment à la pédalée. Si tout va bien sous serons à la Tournaisienne puis à Lille-Calais, à Lille-Joly et à Paris-Roubaix. Mais une chose à la fois.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil