SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

CHALLENGE DE L’AMITIE A HELLEMMES-LILLE

Des Cyclos-Indiens, mais sans flèches

Dimanche 14 Mars 2004

Première randonnée du Challenge de l’Amitié entre cyclos du versant Nord-Est de la Métropole Lilloise, marquée par un défaut de fléchage et vent contraire du retour. Mais ambiance correcte.

Le Challenge de l’Amitié rassemble une quinzaine de clubs (Ufolep, FFCT ou FSGT) de la banlieue Nord-Est de Lille qui s’organisent pour distribuer un ticket de loterie en vue de la tombola finale. Un Challenge initié par Alain Pondeville, président du Club Auchan-Leers.

La première étape 2004 de l’Amitié est prise en charge par le Club Léo Lagrange d’Hellemmes, une ancienne bourgade aujourd’hui reprise dans la Commune de Lille. Avec une bonne participation de 617 cyclos dont 47 de Wasquehal, 43 de Mons en Baroeul, 41 de Leers Omnisports, 35 d’Hellemmes, 28 du VC Roubaix, … tous clubs organisateurs d’une randonnée de l’Amitié.



01) Pourtant on était prévenu. Des flèches il y en avait de différentes sortes (droite, gauche, tout droit…) et, même si le panneau les montre en bleu, elles sont jaunes sur la route. Quand elles y sont ! Et quand elles ne sont pas trop tard et sachant que nous partons face au soleil matinal.

02) Le départ se prend, au centre d’Hellemmes, au Centre Léo Lagrange. Normal pour « la Randonnée de Léo ». Pour rappel, Léo Lagrange fut sous-Secrétaire d’Etat aux Sports et Loisirs en 1936. Il contribua à la démocratisation du sport. Alors nous sommes des Amis de Léo.



03) La tentation est forte de vous présenter… l’Homme Macif. En fait un cyclo de Lomme (autre bourgade rattachée à Lille…peut-être pour faire plaisir à « Martine » !) dont le club est sponsorisé par la MACIF.

04) Il est 8heures, l’heure du rendez-vous pour ceux qui optent pour le 80 km. Ceux de 9 heures se contentent du 50 km. Donc pas de mollesse pour les hommes de Lomme. On part… vers la Belgique voisine et son Mont Saint-Aubert, tout aussi voisin.



05) Sur l’aire de départ voici Patrick Vanderpeere, de Roubaix. Il s’apprête à gagner la Belgique où il s’est trouvé un travail dans une Ecole de l’Enseignement Spécial (Handicapés). Patrick est un sportif dont l’allure sera freinée par trop de flèches douteuses, mais lui ne le prend pas mal. D’ailleurs il connaît les routes.

      Perdus en pleine campagne.

06) Foin de ses formalités et de la panique dès le 2e kilomètres : « C’est par où la sortie ? » . On finit par gagner la campagne et il suffit de rouler contre le soleil pour s’orienter. Sans compter que le vent est favorable.



07) Les cyclos de Mons en Baroeul sont répartis en plusieurs groupes. Au départ ils étaient 43, deuxième club plus nombreux.

08) Sur la route les cyclos randonnent. Le parcours sera facile avec une seule difficulté : le Mont Saint-Aubert (145m) pour les courageux ( ?) du 80.



09) L’allure groupée des cyclos de Leers fait merveille. Mais le fléchage, franchement déficient à l’aller, avantage ceux qui sucent les roues. Ils économisent le demi-tour et se retrouvent en tête !

10) Puis arrive le ravito, à Ramegnies-Chin, donc tout près de Tournai. Bon accueil. Il restera 30 bornes pour rentrer.



11) Mention spéciale pour le préposé au découpage du « Quatre-Quarts ». Gâteau qui accompagne bien le chocolat. Il paraît que c’est très bon pour la vue ! Et, effectivement, le fléchage sera nettement plus visible au retour.

12) Ce qui m’empêche pas la mauvaise foi de ce cyclo du Pas de Calais (62) en visite chez son beauf du Nord (59) et reconnaissable à son vélo Hermel d’Audruicq : « Les 59 seraient bien avisés de venir voir dans le 62… comment on flèche un parcours ! ». Celui-là voyait tellement mal les flèches qu'il ne trouva jamais le ravitaillement!


      Retour à la civilisation.


13) Désormais sur la bonne piste (soleil dans le dos) les Indiens-Cyclos entrent vers Hellemmes et se rapprochent donc de la ville. On leur a trouvé un vrai dédale de petites routes de campagne très tranquilles. Ici à la sortie de Tressin.

14) Le groupe des cyclos de Mons en Baroeul est très effiloché. Mais nous serons témoins d’un regroupement confirmant que l’équipe veut rentrer au complet.



15) Les petites routes zig-zaguent avec l’autoroute que l’on franchit à plusieurs reprises. Hormis le Mont Saint-Aubert, le franchissement des ponts est la seule difficulté du jour. Mais la photo ne rend pas compte du vent défavorable à cet endroit.

16) Vers 11 heures les coupes sont là bien installées pour récompenser les clubs les plus nombreux : Wasquehal, Mons en Baroeul, Leers, Hellemmes, Roubaix…



17) Un brevet de bonne convivialité donne droit, à ceux qui se sont inscrits, à la petite bière et au gros sandwich de l’Amitié. En France, contrairement à Outre-Quiévrain, la location de la salle est gratuite. L’organisateur ne cherche pas à se « rattraper » sur les consommations.

18) On s’attable donc le temps de se restaurer. Les cyclos du Quesnoy se sont contentés du 50 km : « Maintenant il nous reste à rentrer à vélo ». Donc à retraverser Lille.



19) Hommage à cette cyclote de Leers, toute fière de sa machine, qui est revenue à bon port. Comme tout le monde et non sans mérite.



Une bonne randonnée d’Amitié, même si chaque fois tout organisateur doit remettre son ouvrage sur le métier. Il fallait vérifier..., devinez quoi.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil