SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

ETUDIANTS A LOUVAIN EN 1983 ILS AVAIENT 20 ANS ET DE L IMAGINATION CYCLES

SOUVENIR COUPLET DES 24 HEURES DE LOUVAIN LA NEUVE 1983

fin Octobre 1983, mis en ligne le 10/01/2006

Depuis 40 ans, fin Octobre, les 24 heures cyclistes de Louvain La Neuve rassemblent la foule des étudiants sur le campus universitaire. C’était Vélo + Guindailles. On se demande ce que sont devenus ces, aujourd'hui, quinquagénaires!

Les étudiants belges sont « guindailleurs ». Bien plus que leurs homologues français. Sans doute par tradition et parce qu’ils ont été plus étroitement encadrés au collège, leurs guindailles sont spectaculaires. A preuve la guindaille annuelle sur le site de Louvain la Neuve depuis 1976. Avec, à l’époque, un louable souci de sport en plein air…

A cette époque donc, il y avait chez les enfants Couplet, de la sucrerie du même nom installée à Wez Velvain, des étudiants très enclins aux innovations techniques. D’où des souvenirs photos rapportés par Jean François qui, en 1983, fut un précurseur dans la pratique du Vélo Tout Terrain en Belgique (ici en compagnie de Marc Dasnoy et du désormais parisien Michel Noé, de « Paris à Vélo » !).



02) Dans la famille Couplet de Wez-Velvain (Hainaut), Jean François a conservé, avec jubilation, la photo du « tandem couché et à position inversée », fabriqué à la maison par ses universitaires de frères qui avaient dans l’idée de faire sensation aux 24 Heures cyclistes de Louvain la Neuve.

Leur groupe Génération Nouvelle rassemblait dans le"kot à projet" des étudiants Focolari (mouvement catholique). L'idée du vélo était de réaliser un engin original tant dans le look que dans la conception.

03) Voilà d’ailleurs Vincent et Ignace en pleine activité technique de fabrication.

Aujourd’hui ils ont de bonnes situations car le vélo et les diplômes les ont menés où il le fallait.

C’est à la dire, respectivement, à la direction d'ISCAL à Fontenoy et de la Sucrerie Couplez à Wez-Velvain.



04) Gros plan sur la carcasse étudiée pour porter deux passagers et tenir les chocs.

C’est costaud mais pas facile à conduire sur le circuit tordu et vallonné du campus.

Sans compter que la fourche devra être mieux orientée.

05) Détail de la finition : limage à coups de toile émeri.

Cependant la décoration, et donc la pub du groupe, ne sera pas faite avant le départ des 24H: Manque de temps ou trop d'études?



06) Puis rayonnage. En fait l’engin n’est pas parfait et sa conduite très délicate. Il fallut beaucoup « rayonner ».

Joie pour les Focolari, car « la foi se fortifie … en rayonnant » !

07) Jolie pointe d’innovation passant par trois "plateaux". Ceci de manière à permettre aux deux pédaleurs, installés face à face, de tourner les jambes dans le « bon » sens.



08) Et voilà le travail.

Essais concluants (après rectification de la fourche) dans le jardin familial par Paul et Grégoire, plus jeunes frères, après la grande aventure sur le campus.

      La fête annoncée.

09) Octobre 1983 : les 24 Heures Cyclistes de Louvain La Neuve (Ottignies) sont annoncées dans le journal.

Les filles sont déjà épatées. Parmi elles (23 ans plus tard!) Blandine (ingénieur chimiste, religieuse au Canada) et Christine (chimiste à Wez) qui se retrouvent en première page de La Libre Belgique.




10) Une centaine d’équipage va concourir sous la forme d’un relais. Mais la plupart choisissent la formule folklorique.

11) Certains sont cependant équipés de vélos de course et vont s’employer à défendre l’honneur de leur établissement. La lutte fera même rage entre les grandes écoles de sport …

Chez d’autres le campement signale des intentions moins belliqueuses : tout juste pour les calumets.



12) La concurrence est rude. Car l’idée de « rouler couché » est un très vieux fantasme.

Un fantasme que les adultes bénissent ? Car lorsque les jeunes roulent …

Les 24H de Louvain permettent d’évoquer les plus importants problèmes de société. C’était presque avant la crise actuelle du manque d’emploi.

13) Position plus classique, mais l’amitié est telle qu’on roule à quatre.

Le mot n’était pas employé à cette époque. Aujourd’hui on dirait que la quadruplette, appelée aussi Rosalie, est très "conviviale".



14) Encore un tandem, mais côte à côte cette fois. Dans le passage scabreux de la passerelle.

C’est l’équipe ambulance qui, bien entendu, représente une école para-médicale.

15) Véritable coup de génie que ce « coup de pousse » du mini-vélo qui pédale pour le Grand-bi.


      Etude sociologique des motivations


16) Le campus de Louvain La Neuve vient de sortir de terre. C’est une université qui vient de pousser dans les champs. D’ailleurs le tracteur des agriculteurs est encore là.

17) Et revoilà notre tandem couché à positions inversées sur le terrain des exploits de la jeunesse.

A partir de la tente-stand « Kot projet » les relayeurs ont été nombreux pour tenir les 24h tout en assurant l’animation du stand.


La fourche, ainsi positionnée au début, posa d'énormes problèmes de conduite.



18) Car chaque équipe, chaque école, voire chaque mouvement ou groupement représenté contribue à l’animation générale à partir de postes éparpillés.

Ici l’ambiance est peut-être un peu « Post-Soixante Huitarde », mais il y a de l’ambiance.

Et l’on y croit à l’idée d’un monde refait meilleur.

19) L’idée de nouveau monde passe aussi par ce cliché de la brillante Amérique.

Inspiration du recul des frontières, jusqu’à l’Ouest Lointain.



20) Dans ce monde déjà en ébullition, certains avaient déjà le goût de la nécessité de retrouver les choses simples. Vélo de bois pour homme de marbre.

Et pourquoi user les pédales quand on les jambes pour marcher ?

21) Une (petite) idée de l’ambiance générale : jeunes guindailleurs et guindailleuses qui prennent la Jupiler en mains.

Ces jeunes (20 ans en 1983) sont aujourd’hui des quadragénaires qui font tourner les affaires avec le sérieux qu’elles requièrent.


      Avide recherche, avant de bonnes études.


22) L’école de Virton a certainement sorti des ingénieurs de haut vol, capables de prouesses technologiques et de pilotage acrobatique.

23) La Jeunesse agricole Populaire n’abandonne jamais le troupeau.

Ici c’est la version : vache sur le porte-bagage.

Après on s’étonnera qu’elle (la vache, pas la jeunesse) soit devenue folle.



24) A propos d’élevage, en voilà (des marins?) qui ont des idées moins prosaïques. Ils hantent le monde des sirènes.

25) On a promis de ne pas insister : mais une bonne intégration dans le groupe est souvent passée par une bonne cuite.

Et dans le stand Poly-Machin on n’est pas moins guindailleur qu’ailleurs.

Car on n’est plus au collège. Ni chez papa et maman !



26) Tout cela fait qu’on finit par devenir des adultes qui ne regrettent pas leur jeunesse.

Voyez Jean François qui, redevenu Audax cyclo après une priorité donnée à la carrière et à la famille, s’intéresse toujours à la technique du vélo couché.

Il n’a rien oublié.



Il fallait que jeunesse se passe ? Les 24H cyclistes sont toujours organisées (25-26 octobre 2006) mais les vélos y sont un peu dépassés.

Car aujourd'hui c'est Guindailles + Vélo.

Mais que sont donc devenus ces étudiants inventifs et cyclistes qui avaient 20 ans en 1983 ?



Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil