SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

LES LIVRES DU CYCLOTOURISME

Les "bons" auteurs subliment la pédalée.

Depuis 1877 ?

Certains auteurs mettent leur plume au service du cyclotourisme des autres. Les uns en donnant les meilleurs conseils avant le départ, les autres en rapportant le bonheur de ceux qui arrivent.

Après les récits « auto-biographiques » que nous avons présentés dans un précédent reportage, voyons ce que ma bibliothèque renferme comme ouvrages d’illustration du cyclotourisme. Les ouvrages techniques abondant (genre « la Bicyclette » de Michel Delore qui a été prolixe aux éditions Amphora) nous nous en tiendrons aux ouvrages qui donnent de l’esprit à la randonnée.

Ces livres émanent tous d’auteurs pratiquant le cyclotourisme de manière militante. Preuve, s’il en fallait, que la bicyclette de loisir donne matière à réfléchir. L’aventure « se prépare » même s’il s’agit d’une aventure de père de famille, c’est à dire sur le pas de la porte. Il y a des livres pour cela.



01) Livre qui servit à l’éducation de mon père et de plusieurs générations d’écoliers au début du XXe « Le Tour de France par deux Enfants » n’a qu’un défaut (outre son « nationalisme » !) : il ne parle pas de vélo. La machine existait mais n’entrait pas dans le projet éducatif de l’auteur, G. Bruno. Les deux petits Lorrains, André et Julien, vont devenir Français au terme d’un Tour on ne peut plus instructif. Je l’ai lu et relu ! « Best seller » édité en 1877, puis réédité chez Belin en 1983.

02) Après « Albina et la Bicyclette » de l’illustre cyclo et dessinateur Jacques Faizant, voici « Du Soleil dans mes Rayons » qui inspira le « boom » cyclotouriste des années 70, même si, visiblement, tout le monde ne l’a pas lu ou n’en a pas appliqué les bons préceptes. Pierre Roques, par ailleurs enseignant et cyclo pratiquant, s’impose comme écrivain et penseur dans « une suite d’anecdotes, de réflexions, de récits et de souvenirs exclusivement cyclotouristes ». Livre de 252 pages, 14x21, 1976 chez Denoël



03) Jacques Seray est un cyclo de l’UAF au palmarès quasi complet ainsi qu’une sommité en matière d’histoire cycliste. On lui doit, entre autres, d’avoir retrouvé la « draisienne » (1818) comme véritable ancêtre de la bicyclette et la véritable histoire du Tour 1904 « qui faillit être le dernier ». Ici, avec « 100 plus belles Randonnées du cyclotourisme » il a passionné plus d’un lecteur et envoyé sur les routes des milliers de pédaleurs. Livre 240 pages avec photos, 23x27, 1984 chez Denoël.

04) Formidable bouffée d’air frais, et militante de l’éthique FFCT, la publication des dessins de Guy Perpère, par ailleurs cyclo patenté. Que d’articles illustrés par les personnages de Perpère n’avons-nous pas déjà rencontrés dans les revues de club ! L’auteur croque, à chaque page, une scène de la vie des cyclotouristes de tous bords. Je ne me lasse pas de l’histoire « coquine » de la page 41. A la FFCT depuis 1990.



05) Un hors-sujet, mais justifié celui-là par le fait que Teel, l’auteur des dessins de « L’épopée de Paris-Roubaix », est un cyclo. Un vrai cyclosportif inscrit, sous le nom de Christian Guillaume, au Club des Copains Cyclos de Wasquehal. Ses dessins illustrent les textes du Roubaisien Pascal Sergent, référence pour l’histoire de Paris-Roubaix et du cyclisme. BD de 48 pages, 1994 aux éditions Le Téméraire.

06) Pour tout savoir sur Paris-Brest-Paris, l’ouvrage de Bernard Déon est la référence suprême. Chaque PBP est l’objet d’un reportage qu’il s’agisse des « courses » depuis 1891 (Charles Terront en 71h17), puis des « Randonneurs » depuis 1956 (Roger Baumann en 52h19) et des « Audax » depuis 1956 aussi (peloton en 90h). Ouvrage de 396 pages 19x27 abondamment illustrées paru en 1997 au prix de 220FF. Chez l’auteur, chemin du Larris aux Curés, 89390 Ravières.



07) Ce « livre » entièrement fait et distribué « maison » reste inégalé et aurait mérité une véritable édition. Michel Laloux, de Mons (B), a réussi un livre culte, largement auto-biographique, pour les Diagonalistes de France, une pratique élitiste il est vrai. C’est le livre de cyclotourisme que j’ai le plus lu, relu et toujours consulté avant et après ma série des Neuf Diagonales de France. Ouvrage épuisé, non paginé 21x27, avec illustrations.

08) Revoilà Paul Fabre, qui se cache derrière « Eddius », pour s’adonner au culte de sa personnalité. Dans un style qui se rapproche plus de San Antonio que du mien, il fait savoir à la gente cyclistique qu’il aurait été… dernier au Portet d’Aspet… si les autres n’avaient freiné (!). Du grand art et de la cocasserie à chaque virage. Dans son style, Eddius vaut bien le grand « Eddy ». De sa trilogie il me manque « Mes Vélos » qu’un emprunteur ne m’a jamais rendu (je râle mais je comprends !). Parus entre 1990 et 1992, 186 pages 14x21, chez l’auteur, 4, rue Blanqui, 30100 Alès.



09) Les multiples ouvrages de Jacques Roux, auto-éditeur- Altigraph-Edition- à 49080 Bouchemaine, sont une mine de renseignements indispensables pour qui veut pédaler malin (et efficace) en montagne. Pas de littérature mais des descriptions fondamentales et des profils avec pourcentage du kilomètre pour des centaines de cols des quatre grands Massifs français. Pub dans les revues et en librairie, environ 200 pages en 15x21.

10) Avec la même ambition (pédaler malin), « l’Encyclopédie Cotacol » recense 1000 côtes (et quelques cols) de Belgique. Avec des profils dont les pourcentages sont évalués à l’hectomètre près. Maître d’oeuvre avec Jean Pierre Legros, Daniel Gobert, cyclo-grimpeur boulimique, y applique sa théorie mathématique pour évaluer le degré de difficulté de chaque montée décrite. Une « brique » de 2 kg, l’ouvrage de 620 pages 21x29 sortit des « Presses de l’Avenir » en 1990.



11) On ne résiste pas au plaisir de montrer une demie page de l’Encyclopédie Cotacol, celle concernant la face sud du col de la Croix Jubaru qui nous est cher et qui fut arpenté par nos soins (A.T.1-5-87). Tout y est indiqué : parcours naturel, de pente faible et régulière qui totalise un modeste 61 points « Cotacol » par rapport aux 340 points de la montée du Stockeu. Mais c’est un col…, dixit Michelin et les Cent Cols.

12) De dimension plus humaine, les « Cols de la Vie » de Daniel Gobert, le même, me firent l’honneur d’une préface. Daniel, avec la vivacité de son esprit, s’emploie à faire « vivre, trépigner, rire ou même pleurer » à propos de toute grimpée . Ouvrage intimiste, 126 pages 15x23, 1987 Editions Dejaie à Namur.



13) Tout ceci nous amène à « bible » des Cent-Colistes qu’est le Chauvot pour répertorier les 8500 cols de France. Ici pas la moindre ligne de littérature. Il s’agit d’une double liste, par départements et par cartes IGN, donnant les coordonnées de chaque col par rapport aux cartes IGN et Michelin. Ouvrage complété et réédité en 2002, 214 pages 14x21, à commander aux Cent Cols, 14€.

14) Venons-en à la technique avec l’érudition d’un autre cyclo tout aussi « hors norme » que ceux que nous avons ici évoqués. Historien du cycle, mais aussi du cyclotourisme, Raymond Henri, est un « proche » de Vélocio. Vous savez que le dérailleur est apparu en 1927 dans le Tour de France ? Lui vous explique que le premier changement de vitesse apparut en 1868 et que les cyclotouristes en furent les zélateurs. Livre de 158 pages 23x33, publié en 1998 par le Musée d’Art et d’Industrie de St Etienne.



15) Après les exceptionnels, arrivons-en à « Nous les Cyclos » que j’ai eu le plaisir de faire éditer dans ma ville de Tournai, en 1985, par les défuntes éditions Gamma Sport. Mon propos étaient, comme aujourd’hui, d’illustrer la variété des pratiques cyclotouristes et de mettre en exergue le plaisir de chacun. Non sans rappeler que « le cyclo qui grimpe, s’élève ». Ouvrage à chercher dans les brocantes !

16) La FFCT, à l’époque du président Jean Michel Autier, eut l’idée de mettre en chantier un livre sur le cyclotourisme. Ce qui fut réalisé par Pierre Roques avec des textes et des photos d’extraordinaire qualité. D’où « le Vélo autrement » des « Cyclotouristes » en 1989. Monumental ouvrage de 256 pages 21x29 avec photos NB et couleurs, incluant une bibliographie cyclotouriste de 8 pages signées Henri Bosc, disponible à la FFCT.




Ces ouvrages, qui ont nourri l’esprit de notre pédalée, ne sont souvent plus disponibles et ne seraient plus tous d’actualité. Les temps changent et notre site prend plaisir à évoquer le passé. Aujourd’hui les pédaleurs demandent des « recettes faites sur mesure » ? D’où la profusion des sites cyclos sur le net et des « guides » de randonnées.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil