SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

TAINTIGNIES ET SES PATINEURS TRANSFRONTALIERS MARS

Du vélo « on ice », pas bon pour les psyclistes

le Dimanche 06 Mars 2005

On n’est jamais déçu de participer à une randonnée de Taintignies. Cette fois leur traditionnel T .-Mons en Pévèle-T. était aussi superbe … que casse-gueule. Mais on y était.

Taintignies est un patelin spécialisé dans les métiers du bâtiment. Les gars de là-bas travaillent dur pendant la semaine puis se reposent sous le maillot des « Randonneurs du Dimanche ». Certains, des retraités sans doute, alimentent un forum déjanté. Les intervenants s’y cachent sous des pseudos énigmatiques. El’ prési, on comprend. Renard est rusé, Ramsés voit grand, Niagara chute parfois, Psycliste ne met pas les mains dans le cambouis… Et Iroulcool, il roucoule ?

On est venu pour rouler la première Transfrontalière à vélo (2005) des Parcs Naturels Transfrontaliers. D’où la surprise de voir que presque tout le monde marchera à pied vers Mons en Pévèle.



01) Le comité d’accueil « out », Guy, Mario et Gégé, ne se fait pas d’illusion. Il fait sec et soleil mais faudra rouler par moins quatre degrés sur des petites routes pas bien dégagées de la neige qui n’a pas bien fondu. Mario va nous faire quelques photos.

02) Le comité d’accueil « in » est plus réchauffé. Repérez celui qu’on va surnommer Super Mario car, aussi bien dedans que dehors, son appareil est toujours prêt à l’action.


      Photos vélo Mario Cipo...


03) Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut récompense qui participe à 7 Transfrontalières à vélo sur 12, dont au moins trois dans le pays voisin. Ce cyclo de Raismes, donc du Hainaut français, est déjà bien parti en s'inscrivant à Taintignies (B).

Michel Garson, responsable cyclo des Transfrontalières à vélo, rappelle que les autorités du Parc proposent une animation "naturelle" très conviviale, à vélo comme à pied ou à cheval dans l'espace préservé...

04) Puis c’est la chute des feuilles à la table des inscriptions. On comptera 204 participants.



05) Faut croire que Super Mario me trouve beau : il me prend en photo.

06) Départ de ceux qui ne savent pas encore dans quelle galère... Mais le bleu cyclo est courageux.


      C’est parti pour franchir la frontière des habitudes.


07) On a failli partir sans eux. Bernard Défontaines, la voix de Valenciennes, est arrivé avec l’ancien coureur tournaisien David Henquin, aujourd’hui installé comme masseur-kiné à Quarouble (F).

08) Ils sont partis pour réussir le 80 km. Non sans quelque frayeur, mais ils pètent de santé.



09) Le parcours, avant d’être « montagnard » en culminant (107m) à Mons en Pévèle, traverse une plane campagne. Maillot vert de Taintignies devant une « ferme » à cour carrée.

10) Ce couple lancé à l’aventure des petites routes mal dégagées va bientôt mettre la flèche. Retour via la route Orchies-Tournai.



11) Les conditions de circulation sont difficiles. Dans les virages et les endroits ombragés, la fonte de la neige a été prise de court par le refroidissement de la nuit. D’où ornières de neige et plaques de glace.

12) C’est parfois casse-gueule. Le pire endroit c’est le pont qui franchit, entre Nomain et Auchy les Orchies, l’autoroute Valenciennes-Lille. J’y suis en compagnie d’André Druart et son copain d’Hornu.



13) Voilà que ce dernier se retrouve à terre, pour ne pas dire à glace. Le temps de sortir l’appareil photo, il est déjà sur pied.

14) Dans la descente qui suit c’est moi qui glisse . Egalement sans conséquence physique. Mais mon moral est ébranlé. Me voilà, tel un psycliste, doutant de mes capacités.



15) Nos bons Hornutois poursuivent la randonnée en direction de Mons en Pévèle : « On n’est pas venu en vain car on va vaincre ». Quel courage, et quel beau paysage.

16) Je fais alliance avec Victor Léonard, président des cyclos de Qiévrain. Vent contraire, je me cale dans sa roue et je lui indique la route pour rentrer via la grande route qui est bien dégagée.


      Et voilà Moustache qui déboule avec ses photos.


17) Moustache prend le relais pour les photos car, avec son auto, il va jusqu’au ravito. Il est surpris par un attroupement lointain.

18) Il double la troupe pour se mettre sous le bon éclairage. S’il n’y avait les vélos, on se croirait face à un groupe de marcheurs. Allez savoir pourquoi.



19) Mais ne croyez pas que tout le monde se sente obligé de marcher.

20) Tout cela fait qu’il n’y a plus personne quand Moustache arrive au ravitaillement. Sauf les dévoués ravitailleurs qui ont doublement raison de garder les mains dans les poches.



21) Sur le retour, avec une campagne merveilleuse sous son blanc manteau ensoleillé. Surtout si l’on oublie la route.

22) Ah bon, il y avait vraiment une route ?



23) Revenons à la civilisation avec Pascal Hennebert en froid avec bonhomme de neige : « Pas eu le temps de le voir, car c’était à fond les manettes. » Et qui l’aime le suive ?

24) Autre tempo, avec deux cyclos qui n’ont pas froid aux yeux.



25) Peu de cyclistes en route ? Que nenni ! Nous avons croisé, outre les Transfrontaliers, les costauds de Leers en peloton sur un itinéraire bien dégagé. Et ces Vttistes heureux.

      Retour, tous bien vivants mais parfois frustrés, à la case départ.

26) Retour digne d’un grand brevet, mais avec beaucoup moins de monde, au local.



27) Francis Courtin et Justin Laurent ont représenté Péruwelz et Basècles qui organiseront aussi des Transfrontalières qu’on souhaite plus faciles.

28) Aussi vaillant à la pompe que sur son vélo couché de prédilection, Guy Vanescotte a le beau rôle.



29) A table, les derniers rescapés d’un groupe de 22 Audax se surprennent à refaire le monde cyclotouriste. "Morituri te salutant", qu'ils disaient avant d'être écrasés!



Il n’aura donc, dans les photos, manqué que les chutes ? C’est vrai, mais pensez aussi à la tête de ceux qui ont abandonné ! Autant de psychodrames que nous voulions éviter.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil