SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

ENTRE FADA ET GRAND FADA DU PUY MARY LE FADASSOU EST AU TOP DU CANTAL 2016

L’idée concrète d’une cyclotouriste auvergnate

Permanent à partir de 2017

Après les Cinglés du Ventoux et les Fêlés du Grand-Colombier, voilà que s’annoncent les Fadas du Puy Mary pour ceux qui atteignent 2, 3 ou 4 fois le Pas de Peyrol, sommet routier du Cantal, en Auvergne.

01) Le Puy Mary est un sommet (1787m) du Massif Central français qui offre une vue imprenable, à 360°, sur les monts du Cantal et les sept vallées glacières qui en découlent.

La route en tarmac s’en tenant au col du Pas de Peyrol (1588m), c’est à pied et au prix de quelques marches que le cyclo terminera l’ascension.


      ``


02) Pas aussi couru que le Géant de Provence, le Puy Mary n’en est pas moins majestueux.

Au point qu’il est classé, lui-aussi, « Grand Site de France ».

Avec la caractéristique d’être au cœur du plus grand espace volcanique d’Europe.

03) La règle du jeu des Cinglés du Ventoux est bien connue :

est réputé « Cinglé » celui qui, comme l'ami Jackie Devreese en 2006, escalade le Mont Chauve (1912m) par ses trois versants routiers.

Avec des départs libres de Bédoin, Malaucène et Sault dans la même journée.

Soit 4285m d’élévation en 136 km.


      ``


04) Plus difficile d’accès mais avec des pourcentages plus rudes, le Grand-Colombier (1501m), dans l’Ain, attribue le titre de "Fêlés" à ceux qui l’attaquent de 2, 3, ou 4 côtés.

Départs au choix de Artemare (le plus dur via 22% à Virieu le Petit), Champagne en Valromey, Anglefort et Culoz.

En 2016 Greg Lemond est devenu « Fêlé d’honneur ».

      ``

05) Rien ne fait plus plaisir au Dragon Audax Mons Roland Defrise que son titre nobiliaire de "Baron… du Soulor".

Titre acquis en 2002 et en 2003 après l’escalade pyrénéenne, des 3 versants du col du Soulor (1474m, avant l’Aubisque) avec 3700m d’élévation en 140 km.


      PUY MARY


06) Dans le Massif Central le département du Cantal, chef-lieu Aurillac, est marqué par les Monts du Cantal culminant au Puy Mary (1787m).

Les routes conduisant au col dit du Pas de Peyrol (1589) viennent d’Apchon (au nord), Mandailles (au sud), Salers (à l’ouest) et Murat (à l’est).

07) Il s’agit d’un terrain de moyenne montagne avec des sommets volcaniques très érodés.

Dans leur longueur d'une vingtaine de bornes, les montées sont irrégulières car coupées par un ou des cols intermédiaires.



08) De trois côtés sur quatre, les derniers kilomètres sont à fort pourcentage (9-10%).

Ce qui rend très bienvenu le Chalet du Puy Mary de la famille Bénet.

Lieu idéal pour l’attribution du titre de « Fada »
.

Car est réputé:

- « FADASSOU » (diminutif de "petit fada" en auvergnat!) celui qui arrive là au moins deux fois dans la journée,

-« FADA » après 3 passages

- et « GRAND FADA » avec une 4e ascension.

09) L’idée de notre « cyclotouriste auvergnate » est de « mal-traiter » ceux qui relèvent le défi.

N’est-il pas dingue d’atteindre le Pas de Peyrol au terme de 2, 3 ou 4 ascensions dans la même journée ?

La carte Michelin montre que les 4 accès remontent de belles vallées, dont celle de la Maronne (Salers), la Rhue de Cheylade (Apchon), l’Impradine et Santoire (Murat) et la Jordanne (Mandailles).


      APCHON AU NORD


10) Enfourchons la bécane pour une première ascension au départ, par exemple car c’est libre, d’Apchon (1055m).

Après Apchon qui figure comme site BCN/BPF de la FFCT, c’est parti pour 22,5 km avec 668 m d’élévation, cette montée incluant deux descentes.

PS. L'ordre des lieux de départ est totalement libre.

11) Cette voie du nord passe en effet par les cols de Serre (1335m) puis d’Eylac (1375m) qui préparent à la rampe finale de2 km (9 et 10%) atteignant le Pas de Peyrol (1588m).

Hormis dans son dernier kilomètre (10%), le col de Serre n’est pas redoutable.



12) Si le site Puy-Mary/Pas de Peyrol est majestueux, la panneau annonçant le col et, en l’occurrence, le sommet des routes, est tout bonnement riquiqui !

On se contentera du souvenir d’avoir pédalé jusque là.

Et de vouloir y revenir 1, 2 ou 3 fois ce même jour car devenir FADA se mérite !

      MANDAILLES DU SUD

13) Au départ de Mandailles (940m), au sud du Puy Mary mais proche d’Aurillac, la perspective est la plus heureuse puisque courte (12 km) et régulière (5-6 %) pour une dénivellation de 654m.

Mandailles c’est le village principal de la commune de Mandailles-Saint-Julien comptant… près de 200 habitants.



14) A quelques encablures du Pas de Peyrol, le col du Redondet (1531m) indique surtout que le pédaleur venu du sud a mangé son pain blanc.

Via Mandailles, après un départ d’Aurillac (617m) la remontée de la vallée de la Jordane est aussi tranquille que pittoresque.

15) On l’a dit, le site du Puy Mary est des plus bucoliques. La densité de population y est très faible, avec plus de bovins que d’habitants.

D’où l’hommage que l’on doit à la race bovine des Salers, réputée pour sa rusticité et son aptitude à arpenter les Monts du Cantal.


      SALERS A L’OUEST


16) S’il est relativement facile de devenir FADASSOU (terme typiquement auvergnat désignant un fada !) après deux ascensions, les choses se corsent avec une troisième montée.

Ceci au départ de Salers (950 m), à l’ouest du massif volcanique du Cantal.

Pour une remontée de 20,5 km avec 732 m d’élévation.

17) De ce côté-cic’est le tranquille col de Neronne (1241m), au large de la vallée de la Maronne qui agrémente le périple.

Ensuite le final des 6 derniers kilomètres avant le Pas de Peyrol sera plus rude.



18) Comme l’illustre l’article de Wikipedia sur le Puy Mary, la chevauchée des pédaleurs bénéficie d’un cadre justifiant la fréquentation touristique des lieux.

Mais attention aux deux derniers kilomètres, à quelques 13%, qui virent caracoler Thomas Voekcler puis Thomas De Gendt dans les Tours de France 2011 et 2016.

      MURAT DE L’EST

19) Alors courage, le titre de « GRAND FADA » est à portée de pédale pour qui se lance dans une quatrième ascension.

Au départ de Murat (915m) cette fois pour une distance de 22,5 km avec 829m d’élévation.

A noter que Murat est également un site BCN/BPF de la FFCT pour le Cantal en Auvergne.



20) Cette fois c’est, via Dienne, le col d’Entremont (1210m) qui agrémentera ( ?) le périple.

Avant de remonter les vallées de Santoire et Impradine conduisant au col d’Eylac (1375m) pour un final identique (sur 4 km) à la montée depuis Apchon.

      ``

21) Au col d’Eylac (1375 m), les « Salers » sont proches des « burons » durant la saison d’estive.

Les burons sont des bâtiments en pierre au milieu des pâturages d’altitude abritant les « buronniers » et la fabrication de fromages comme le « Cantal ».

Alors, elle est à toi cette ascension, toi l’Auvergnat qui, sans façons,…


      MAITRES FADAS


22) Les premiers « FADAS DU PUY MARY » ne sont autres que Hugo Suy, le plus « Bekende Vlaming » (Flamand connu !) de la FFCT, et Marie Hélène Trincal notre « cyclotouriste auvergnate ».

Cela c’était en 2015, du temps des grands amours… et au terme d’une pédalée totale de 157 km et 3255 m d’élévation.

      ``

23) Aujourd’hui, pour s’informer et/ou s’inscrire (10€) aux Fadas du Puy Mary il faut s’adresser à Marie Hélène Trincal à Clermont Ferrand :

helene.trincal@gmail.com .

Ou voir le site :

www.lesfadasdupuymary.eu



24) De quoi donner l’envie de d’être « FADAS » ?

Faudrait alors retourner dans cette Auvergne dont, avec André L., Hubert C. et Roger V., nous avons fait le Tour en 1991, en voyage itinérant.

C’était bien beau !



Un défi cyclo à relever, car pas simple mais une fierté d’être un FADA DU PUY MARY.


.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil