SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

VISITE DE L’USINE POMPES ERTP HIBON A TOUFFLERS AVANT UNE SORTIE VTT 2015

Avec l’Audax Tournai Pascal Delzenne à la manœuvre

le Jeudi 10 et le Dimanche 13 Septembre 2015

Avant une sortie Vtt entre collègues d’usine le dimanche, Pascal Delzenne a invité les copains de son club à la visite de l’atelier ERTP Hibon où il travaille comme fraiseur. En grandes pompes, bien entendu.

01) Quand ils arrivent devant le bâtiment qui héberge la firme ERTP Hibon, ancienne firme roubaisienne installée au Zoning de Toufflers, les Audax sont curieux d’en savoir plus.

Car des pompes ils en ont aux pieds et pour gonfler leurs roues de vélo ou même leurs pectoraux.

Mais là il s’agit d’une entreprise d’Entretien et Réparation de Toutes Pompes (ERTP) … à « anneau liquide ».



02) Leur accueil est assuré par le Responsable du Pôle Bien Etre au Travail Qualité, Antoine Florent, qui n’est pas étranger au vélo puisqu’il pratique le Triathlon.

Cependant c’est de l’entreprise qu’il parle avant de conduire les cyclos dans l’atelier usinage où travaille Pascal Delzenne.

03) ERTP Hibon est une belle entreprise de 56 salariés au savoir-faire particulier.

Elle entretient ou répare et même fabrique à la demande les pompes à vide, dite à anneau liquide, qu’on utilise dans l’industrie.

Des pompes à vide, dites « surpresseurs », qui peuvent aller de 100 kg … à 15 tonnes.



04) L’échange technique sera intéressant, car il y a des Audax qui font la différence entre les pompes à eau domestiques et les pompes à air industrielles.

Le groupe de visiteurs déboule ensuite dans l’atelier d’usinage pour y rejoindre Pascal Delzenne, en tenue de travail, qui va quitter son poste.

      DES MACHINES ET DES HOMMES

05) Pascal est à l’aise dans un atelier ou, sans être à la chaine, on travaille des pièces le plus souvent uniques.

L’ambiance est plaisante, sur le thème de « Nos pompes nous donnent des ailes ».

A vérifier, après le semi-marathon de la Braderie de Lille, lors de la sortie Vtt de dimanche prochain.



06) Comme souvent dans les ateliers métallurgiques, l’ouvrier a sa machine attitrée.

Pour Pascal qui a déjà turbiné comme fraiseur dans d’autres ateliers … c’est la fraiseuse.

07) Profitant d’un bon public, une démonstration est vite faite.

Le petit vélo que l’on aperçoit près de la main du « fraiseur », est une production artisanale thaïlandaise ramenée par l’Audax Marcelino.

Avec une pointe de malice, les gars de l’usinage ont décrété :

« C’est le vélo de François ! »



08) Le plus proche voisin de Pascal est aussi son pilote.

On a beau connaître son métier, il y a toujours à apprendre des plus expérimentés.

09a) Bruce officie comme tourneur et nous place cette remarque : « La déformation de cette pièce est minime.

Mais avec la qualité requise ici il faut que je la rectifie ! »

Ce qui, nous dit-on, l’oblige à prendre du Dolipran … contre le mal de tête !



09b) Pas question d’oublier de passer à la machine numérique voisine pilotée par Omar.

      USINAGE

10) Pascal prend alors la fonction de guide à son compte.

Et, ma foi, la réputation de la « boite » est défendue … en grandes pompes.

Devant lui, "gonflé" d’entendre parler de « pompes », de « pression » et de « bars », Marcelino se demande :

« Mais quand donc est-ce qu’on boit ?



11) Parmi les machines à commande numérique se trouve aussi celle qui fait le travail d’alésage (*).

Pleine concentration pour Fabrice, son conducteur.

(*) = Usinage précis de la surface intérieure d’une pièce.

12) Peut-être la plus spectaculaire, en fonction ce jour, de l’atelier cette machine acquise récemment :

il s’agit d’un tour vertical.

Avec Didier, un tourneur qualifié, à la commande.



13) En fait chaque poste nécessite un maximum de concentration puisqu’on requiert le zéro défaut.

Au taraudage on perce le bon trou au bon endroit.

D’où l’application de Christian sous le contrôle de Denis.

14) Tout est évidemment sous contrôles d’inventaires.

D’où la tournée de la « check liste » pour s’assurer du respect des consignes de sécurité.



15) Les pièces composant une pompe viennent de fonderies extérieures mais sont « usinées » dans l’atelier de réparation ou production.

Ainsi cette spectaculaire et essentielle « turbine » qui disparaitra dans son carter.

16) Ou alors ce « trilobe » fixé sur son axe et déposé mécaniquement après l’usinage par Michel qui officie comme tourneur.


      MONTAGE


17) Quand le travail d’entretien ou de réparation est (bien) fait … il n’y a plus qu’à remonter le tout.

Selon Branton, cette pompe à anneau liquide est prête à reprendre du service chez son propriétaire.

18) Avant son remontage voilà le demi-carter de ce qui est la plus grosse pompe Hibon sortie des ateliers roubaisiens.

Et réparée par ERTP ...



19) Spectaculaire aussi est ce pignon incliné qui garantit une prise sans jeu.

Le pignon incliné a inspiré le logo Citroën, le fondateur de la marque ayant fabriqué des pignons avant de se lancer dans l’automobile.

20) L’espace test est destiné à vérifier que le travail d’entretien et de réparation donnera totale satisfaction au client



21) L’atelier dispose de son coin peinture qui, ici tenu par Cédric, n’est ni à l’huile ou à l’eau mais solvante.

Donc à l’abri de toute forme de corrosion.

      MERCI PATRON

22) La visite de l’atelier ne peut se faire sans croiser le chef-pilote de l’usinage François Brabant.



23) Et la visite sera complète avec la rencontre du patron, depuis une dizaine d’années, d’ERTP Hibon, Sébastien Bremer.

24) Un patron à qui on dit merci, bien entendu.

Et on lui souhaite, comme à tous ses employés, de continuer à brasser beaucoup d’air !



25) Tout est dit sur la façade de l’entreprise sise sur le Zoning-est de Roubaix, à Toufflers :

Entretien Réparation Toutes Pompes, pompes à anneau liquide.

      POMPES A VELO

26) Ces histoires de pompes ont donné à Marcelino l’idée de préparer son vélo pour la sortie Vtt de l’entreprise.

C’est prévu pour le dimanche 13 Septembre à la Base de Loisirs de Willems.


      BASE DE LOISIRS


27) Le rendez-vous sportif des employés ERTP Hibon avait donc été fixé à la Base de Loisirs de Willems, les 6 Bonniers.

Le site est bien connu des cyclos qui participent aux brevets du Cyclo Club de Willems.

28) Le rassemblement vaut pour une douzaine de volontaires, sans distinction ici entre les fonctions dans l’entreprise.

Regroupement sous le brouillard qui laissera place à un ciel clair et sec.



29) Les mêmes mais en donnant tout de même la priorité à la direction, en vert :

De gauche à droite, Antoine Florent, Ressources Humaines, le Patron Sébastien Bremer et son garçon de 13 ans … qui a de qui tenir, y compris sportivement.

30) La balade vtt se fera à bonne allure modérée sur terrain plat et sec sous la conduite de Jean.

Pour n’en oublier aucun, nous ne nommerons pas les autres participants et nous n’établirons pas de classement !


      LA MARQUE


31) Sur un maximum de chemins, toujours bien roulants, les pédaleurs remontent le cours de la Marque jusqu’à Bouvines.

32) Dans le groupe, il y a de bons experts du vtt mais, ce jour, tout le monde roule dans l’anonymat.



33) La piste joue avec les rives de la rivière.

D’où le passage, ainsi, sur une demi-douzaine de ponts de bois.

34) Ce qui étire le groupe et donc impose de brefs arrêts pour le regroupement puisque le parcours n’est pas balisé.



35) Donc tout va bien … surtout au tout début.

Plus tard on invoquera le slogan ERTP Hibon :

« Nos pompes nous donnent des ailes » !

36) Nouveau regroupement, dans un superbe sous-bois cette fois.

Donc au milieu de nulle part.



37) Pourtant ce coin de verdure est connu d’autres vttistes qui arrivent d’en face.

38) Puis c’est l’arrivée à Bouvines annoncée par la superbe Ferme de la Courte, datée 1871.


      RETOUR PAVE


39) Au-delà de Bouvines, les sentiers de cendrée alternent avec des secteurs pavés qui conduisent dans la légende.

40) Alors, on se dit que c’est le bon temps.

Et que cela fera de bons souvenirs à évoquer au boulot.



41) Traversée de la route Cysoing-Baisieux au niveau de la Chapelle à l’Arbre, donc sur le site de la bataille de Bouvines en 1214.

Croisement avec des bikers du club Lys Cyclo.

42) Devant son père c’est : « Sans les mains !»

Mais que l’on se rassure, le lendemain au collège, ce sera bien … AVEC les dents !



43) Le croisement avec ceux de Lys lez Lannoy se poursuivant, il est clair que leur groupe s’est distendu.

44) Jean, le guide, vérifie que tout va bien dans son groupe.

Heureusement, car lui seul peut s’y retrouver dans les différents sentiers de la plaine de Cysoing.



45) Or il ne fallait pas louper le secteur pavé dédié à Duclos-Lassalle, le champion français victorieux des Paris-Roubaix 1992 et 1993.

      FINAL FESTIF

46) Ultime regroupement au Carrefour de l’Arbre.

Désormais il suffira d’emprunter le final de la course car elle passe, après un passage à niveau, devant la Base des 6 Bonniers à Willems.



47) Ce final inclut les pavés de Gruson … que l’on s’applique à éviter !

Vive les bas-côtés ... pour éviter le "coup de pompe"!

48) Arrive alors, dans le cadre sympathique de la base de Loisirs, le moment du Repos … des Guerriers Hibons.

Ceci après une bonne pédalée, hors route, de 28 km.




Quand le travail est facteur de cohésion sociale ...



.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil