SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

A ORCHIES EXPOSITION GUIDON DANS LA CHICOREE JUSQU’AU 16 MAI 2015

Souvenir Chicorée Leroux et Grand Prix d’Orchies

le Jeudi 19 Mars 2015

En la Maison Leroux qui fait office de Musée de la Chicorée, Chantal et Francis Ostojski ainsi qu’Eric Caron exposent leurs collections cyclisme rétro. En attendant l’arrivée des 4 Jours de Dunkerque.

01) L’exposition cyclisme rétro, concernant les années d’après guerre, permet de rappeler le lien très fort entre la Chicorée Leroux, produite à Orchies, et le cyclisme.

Par la grâce de son dirigeant Robert Leroux, la marque orchésienne s’impliqua dans les premiers Grands Prix d’Orchies puis inventa le sponsoring pour relayer les marques cyclistes.



02) Cela donne lieu à une agréable « Chicorée dans le Guidon ».

Et cela rappelle que « pédaler dans la semoule » passe par la nostalgie du bon temps passé.

Temps passé qui fait figure d'inoubliables temps héroïques !

03) Pour le vernissage de l’exposition temporaire cycliste qui s’ajoute donc à l’exposition permanente chicorée, on ne pouvait trouver meilleur guide.

Michel Hermand est le président de la Maison après avoir co-dirigé l’entreprise de 1985 à 2005.

Il accueille et fait les présentations.



04) D’où les premiers applaudissements dédiés à Chantal et Francis Ostojski, de Saméon, dont on connaît le travail.

Leur truc c’est la restauration des machines qui auraient pu être utilisées par les coureurs d’après dernière guerre.

05) Par la force des choses ils sont devenus fouineurs, collectionneurs et même … pédagogues.

Donc pour notre plus grand bonheur.


      PRESENTATEURS


06) Leur présence s’imposait pour établir le lien entre le cyclisme et la chicorée.

Ceci alors qu’Orchies qui voit passer chaque année le Paris-Roubaix s’apprête à accueillir une arrivée des 4 Jours de Dunkerque.

07) A Francis revient la mission de remercier les divers intervenants et de replacer l’exposition dans son contexte.



08) D’abord en rappelant le rôle déterminant de Robert Leroux qui co-dirigea l’entreprise familiale avec son frère Alain de 1947 à 1985.

Alors que la firme « inventait » la chicorée soluble, Robert « inventa » le sponsoring cycliste.

En s’impliquant, un temps, dans le Grand Prix Cycliste de sa ville puis en associant sa firme à des constructeurs cyclistes (Essor, Helyett, Alcyon, Gitane et Terrot).

09) D’où le maillot Gitane-Leroux de 1962 qui fait partie de la collection d’Eric Caron, venu du Douaisis.



10) Puis Francis évoque les 24 éditions du Grand Prix d’Orchies de 1953 à 1977 (annulation en 1971) qui connurent une exceptionnelle ferveur populaire … et sportive.

Ceci grâce à l’implication de dévoués de l’Entente Cycliste Douai-Orchies et du Vélo-Club Orchésien.

Dont à droite, Henri Savelon ancien vélociste à Orchies et ex-membre du comité organisateur du GPO.

      GRAND PRIX D’ORCHIES

11) C’était à la mi-Septembre, à l’occasion des festivités locales, avec le concours de la Municipalité d’Orchies.



12) De quoi nourrir la nostalgie puisque le Grand Prix a bel et bien vécu.

Et d’en collectionner tout ce qui rappelle son bon souvenir : documents, objets, etc…

13) L’exposition présente un tableau dédié à chacune des 23 éditions du Grand Prix.

Ainsi ce tableau pour marquer la victoire de Jean Graczyck en 1958, sous les couleurs de l’équipe Helyett-Leroux.

Par ailleurs, avec 12 participations, Jean Graczyck fut le coureur le plus assidu au Grand Prix.



14) Henri Duez, de Béthune, se souvient du Grand Prix car il y a participé à cinq reprises entre 1961 et 1966.

Sans parvenir à s’y imposer malgré son talent de « Passe Partout », pour reprendre le titre de sa biographie écrite par Gérard Darques.

15) Autre régional bien placé pour se souvenir d’Orchies, Robert Mintkewicz compte six participations entre 1972 et 1977.

Donc y compris la dernière édition.



16) Celui qui allait se reconvertir comme vélociste à Lourches insiste pour dire :

« J’aimais beaucoup le Grand Prix d’Orchies avec son parcours rendu difficile par les pavés. »

Il y terminera 3e 1972, 4e en 1974, 2e en 1975 et 6e en 1976.

Pas loin, mais jamais le titre, alors qu’il n’y aura pas … de prochaine fois !

      CHICOREE LEROUX

17) Emblématique de l’exposition préparée par Chantal et Francis Ostojski : une machine Alcyon de 1961 accompagnée du maillot de l’équipe Alcyon-Leroux-Hutchinson.

Le tout accompagné d’un panneau didactique indiquant les références de la machine (par exemple équipée Campagnolo) et de l’équipe professionnelle où figurait, par exemple, Jean Forestier.



18) Ou encore cet ensemble Gitane-Leroux 1962 où figurait, toujours par exemple, Raymond Mastrotto.

Sur la machine bleue de Gitane… un bidon Leroux, alors que la firme avait lancé la chicorée soluble en 1953 !

19) L’exposition Chicorée Leroux n’est jamais loin.

Ainsi cet emballage dont tout le monde se souvient.



20) En revanche ces étiquettes remontent au XIX, années 1990, avec la « bretonne » en costume d’Audierne qui incarne toujours la firme orchésienne.

21) Manque ici la plaque de la chicorée Pacha qui finira pourtant, comme toutes les autres, elle aussi chez Leroux.

La concurrence régionale a complètement disparu.


      RAYON MAILLOTS


22) Le rayon des maillots anciens fait toujours sensation.

Surtout si l’on s’applique à se souvenir du ou des champions qui l’ont porté.

A chacun de choisir selon son bon souvenir.

23) Pour Robert Mintkewicz, c’est tout vu.

Le plus beau, le plus mouillé aussi, c’est le Gitane-Campagnolo qui lui allait si bien.

Surtout dans sa version « Sonolor »



24) Il y a d’autres manières de mouiller le maillot.

Celle de Didier Baert c’est au titre de sa fonction d’Adjoint aux Fêtes, Protocole et Relations Publiques du Maire d’Orchies.

Avec la sympathie au cyclisme en prime.

25) Philippe Haudegand c’est dans le cyclotourisme de brevets costauds qu’il mouille le maillot de la Petite Reine de Condé sur l’Escaut.

On lui doit aussi de fameux reportages techniques à partir de ses nombreuses photos.

Voir ses « commentaires » (colonne de gauche) sur http://lapetitereinedeconde.skynetblogs.be/



26) On s’arrête devant l’édition 1960 du Grand prix d’Orchies.

Elle fut remportée par l’inoubliable Jean Stablinski qui, de l’équipe Helyett-Leroux, ce 15 Septembre portait son 1er des 4 maillots de Champion de France.

Son 2e maillot tricolore, il le troquera contre le maillot arc en ciel en 1962 !

      EN ATTENDANT LA SUITE

27) Sous le contrôle de Michel Mollet de l’Echo du Vélo ( www.echoduvelo.com ) Robert Mintkewicz refait la course de 1975 :

« Sans cette malchance, c’est premier que je terminais ! »



28) Il ne lui avait donc, en fait, manqué qu’un bon petit coup de chicorée.

Car, dans sa formule Lestarquit et dans sa version Leroux, la chicorée c’était bon pour le cœur et super pour la santé.

29) Merci à la Maison Leroux, 25 rue Jules Roch, au cœur d’Orchies, pour son excellent accueil et pour ce Guidon dans la Chicorée …



30) En attendant le « ravitaillement » dans la Maison Leroux proposé le mercredi 6 Mai.

A l’occasion de l’arrivée de la 1e étape des 4 Jours de Dunkerque à Orchies.



Ainsi le passé rejoindra-t-il le présent pour que, toujours, roulent les vélos.



.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil