SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

NORD THAILANDE AVEC DES ORLEANAIS GUIDES PAR MARCEL HENDRICKX 2014

Marcelino pour les photos et infos de ce reportage

du 08 au 19 Janvier 2014

Le groupe de 13 cyclos, dont 6 dames, constitué par le couple Claude et Roger Millet du CC IBM Orléans a fait confiance à Marcel Hendrickx pour un périple de 15 jours en Thaïlande du Nord. Avec Marcelino aux photos.

00) A peine atterri à Sukhothai le groupe des cyclos, dont la plupart se connaissent déjà car venus de l’Orléanais, se retrouve sur le prestigieux site archéologique de l’ancienne capitale Thaï.

Sous la protection d’un Bouddha qui sera maintes fois représenté lors du voyage en cours.



01) Les vélos remontés ou loués, Marcel Hendrickx, organisateur de l’expédition d’origine belge mais installé à Chiang Mai depuis longtemps, fait connaissance avec le groupe.

Il donne les premières consignes et rappelle le programme qui sera celui publié dans la brochure SENA 2013.

02) Première pédalée, sur une piste tranquille, pour la première visite culturelle et historique d’une Thaïlande du Nord qui va se montrer aussi pittoresque que cyclable.



03) Le site de Sukhothai, capitale du Siam au XIIe, est une énorme attraction en soi. D’où la présence d’une guide locale avec traduction française de Marcel Hendrickx.

04) Bons touristes, les cyclos sont à l’affût du meilleur angle pour leurs nombreux clichés.

D’où le réflexe de Marcel Lefebvre, dit Marcelino, qui lui aussi réside à Chiang Mai et qui s’est joint au groupe.



05) Le chauffeur de la camionnette d’assistance se fait aussi connaître et apprécier du groupe.

Déjà à remplir les bidons!

L’hiver c’est la bonne saison pour rouler au Nord de Thaïlande avec des nuits fraiches et des journées agréablement ensoleillées.

06) Les 12 pédaleurs et l’accompagnante ont reçu un maillot fabriqué à Chiang Mai, la ville principale du Nord-Thaïlande, et fourni par l’organisateur qui ne veut pas perdre son groupe.



07) Résidant en ville, Marcelino fait les frais d’une réception de ces (pour ne pas dire ses ?) dames dans son appartement de location.

      Premier Bouddha

08) En réalité Marcelino avait invité tout le monde.

A commencer par le couple Claude et Roger Millet du C.C. IBM Orléans.



09) Pour le peloton où l’on reconnaît le maillot d’un précédent voyage avec Marcel à Madagascar, les choses sérieuses commencent dès le deuxième jour.

Sur des routes généralement en bon état et des étapes roulantes de 50 à 120 km par jour.

10) A toute règle son exception, ainsi ce passage étroit, montant et bien dégradé.

Ce passage est repris dans le voyage que Marcel Hendrickx organise aussi pour les Vttistes.



11) On oublie le nom du village mais on ne peut négliger de saluer la présence de Bouddha qui règne sur la place.

12) Alors visite de son temple, toujours lourdement ou richement décoré.

Avec une symbolique que parvient à déchiffrer Marcel Hendrickx qui a fait de la Thaïlande son pays de prédilection.



13) Reprise de la route avec arrêt à l’une des nombreuses échoppes du bord de route. A l’étalage de celle-ci bananes et caramboles.

14) Depuis le temps qu’il y est, ce n’est pas la première fois que Marcelino roule dans les parages …

Arrive alors ce qui devait arriver :

b>le cri du cœur !



15) Même cri d’un autre gamin en jaune venu du tuk-tuk qui fait office de voiture familiale !

16) Alors on recommande à Marcelino de tenir compte des aléas de sa générosité.

En bon Audax Tournai, foi de condom comme on dit là-bas, désormais il sortira couvert.


      Loi de la jungle


17) Après la ville arrive donc la campagne au pied du massif montagneux qui porte le Doï Inthanon, le point culminant (2565m) de la Thaïlande.

C’est en véhicule motorisé que les voyageurs atteindront le sommet, au terme d’une rude montée panoramique, pour visiter le site dédié au roi et à la reine du pays.

18) La pédalée reste tranquille en s’enfonçant dans l’une des nombreuses forêts qui couvrent le pays.



19) Si les Thaïlandais sont généralement courtois dans le civil, sur les routes ils se comportent souvent en fous furieux.

20a) Ce n’est pourtant pas faute de tenter de les responsabiliser à force de panneaux, ou d’articles dans les journaux, qui tentent de les responsabiliser par le choc des photos.



20b) Invitation à partager la route par un cyclo local qui a le bonheur de chevaucher un vélo Bianchi, marque très appréciée dans le pays.

21) Bouddha, au sommet du col dont il faudrait retenir le nom, apporte cependant la sérénité.



22) Mais Bouddha seul n’y peut rien !

Les fidèles se mobilisent pour solliciter des aumônes qui permettront d’entretenir son temple et ses serviteurs.

      Temps de croisière

23) Le passage des pédaleurs européens suscite son lot de sympathie : tout va bien.



24) Les vélos de l’escouade se retrouvent bientôt sur le toit de la camionnette d’assistance.

25) Pour atteindre Chian Rai, autre ville d’importance du Nord, l’expédition va prendre l’eau à Thaton et naviguer sur la rivière Kok, un affluent du Mékong.



26) Bienvenue à bord pour une croisière de 4 ou 5 heures.

27) A vitesse rapide sur ces longues pirogues.

Le plus souvent dans un décor de jungle.



28) Avec deux ou trois escales qui permettent de se détendre les jambes.

29) Ou de se munir de souvenirs car les sollicitations ne manquent pas.


      Eléphant Chang


30) Avertissement même si l’on se refuse à croire qu'un vélo pourrait écraser un éléphant!

31) En Thaïlande l’éléphant, autrement dit « chang », est le meilleur ami de l’homme.

En commençant par les touristes dont Claude et Roger qui se retrouvent en tête du cortège.



32) Marcelino surveille ses arrières.

Car, c’est bien connu, un éléphant ça trompe !

33) Les montures ordinaires retrouvées, les cyclos abordent la ville de Maesai.

Toujours en se tenant bien à gauche puisque c’est ainsi qu’on roule en pays Thaï.



34) Pas question d’arrêter à toutes les échoppes même si c’est aussi la pleine saison des ananas.

      Frontière Birmane

35) Le trafic urbain est toujours spectaculaire dans sa variété. Avec des pousse-pousse anciens et des autobus flambant neufs pour touristes.



36) Pour les locaux qui font leurs courses le triporteur reste une aubaine peu coûteuse.

37) La ville de Maesai est très animée car cette ville douanière à la frontière du Myanmar (ex-Birmanie) propose des marchandises détaxées qui justifient l’affluence.



38) C’était le point le plus au nord du Nord Thai.

Mais pas question de franchir la frontière, sauf pour un autre voyage avec Marcel.

39) Le groupe se plait à échanger ses impressions avec un collègue cyclo Thaïlandais qui aimerait venir rouler en Europe.



40) L’occasion d’évoquer la nourriture locale : ici le très courant « Pad Thai » servi sur feuille de bananier.

Nourriture à base de riz ou de nouilles avec des épices selon la demande. Mais peu de viande.

41) Question boisson locale il suffit de demander à Marcelino.

Il a adopté la bière Chang (éléphant !) qu’il préfère à la Léo (Lion) … et à l’eau.


      Triangle d’Or


42) L’organisateur et guide Marcel annonce un nouveau grand moment du voyage avec la traversée du Triangle d’Or.

43) Or le départ matinal se fait à la fraîche (+/-10°) et dans le brouillard à proximité du fleuve.



44) Le soleil revient vite et les hommes reprennent les commandes du groupe.

45) Le Triangle d’Or est une très belle région autour de Chiang-Sean, bourg situé au bord du Mékong, délimitée par les trois frontières de Thaïlande, Laos et Myanmar.



46) Parmi les beautés du Triangle d’Or, outre les tribus qui nécessiteront un crochet en fin de voyage, ce surprenant Temple Blanc.

Les hommes admirent de loin.

47) Temple immaculé qui oblige les dames à se couvrir les cuisses pourtant bien fermes et les mollets pourtant joliment galbés.



48) Le ravitaillement est toujours abondant.

A l’étalage se trouvent des petites pommes en sachet et de belles papayes.

49) Halte surprise autour d’une sorte de fontaine d’eau chaude qui permet de cuire des œufs durs.



50) Cette eau sulfureuse bien chaude revigore la circulation sanguine des petits petons.

      Maison du Maître

51) Si l’ensemble du parcours est facile et roulant, nul n’est à l’abri de l’exception.

La pente ne sera pas raide que pour les camions.



52) Les vélos aussi vont souffrir sur cette route qui n’en est pas une malgré les indications de la carte.

53) Le raccourci marquera d’autant plus les esprits qu’il débouche sur une belle surprise.



54) Le chemin conduisait au village, dans la banlieue de Chang Mai, où Marcel Hendrickx a élu domicile avec sa famille.

Mais on commence par saluer le prêtre bouddhiste qui a charge de ses ouailles.

55) Puis visite du temple qui vient d’être restauré, avec l’apport de dons comme on l’a dit plus haut, selon le souhait du prêtre.



56) Ensuite le groupe des cyclos se retrouve dans la propriété de Marcel qui reçoit en compagnie de sa dame et de leur fils Michel.

Mitraillage pour la photo souvenir de cet accueil inattendu.

      Dans la campagne

57) Le décor de la campagne ne laisse jamais indifférent.

Ici le long d’une rizière à une époque où les travaux ne sont que préparatoires.



58) Là ce sont les grains de café qui sont mis à sécher au bord de la route.

59) Sans compter que la visite d’une bananeraie est toujours un grand moment même si ce n’est pas la pleine saison des régimes.



60) Or la culture qui se pratique encore sur brûlis (écobuage) a de graves inconvénients.

Dont la pollution à proximité des villes.

Alors « Stop à l’écobuage » !

61) Mais longue vie au textile dont on visite un beau musée qui lui est dédié.

Durant le voyage les cyclos auront eu aussi l’occasion de visiter les métiers artisanaux du bois, de la soie, de la laque et du bronze…



62) Question logement ce fut, sauf une fois dans un logis vieillot, toujours simple mais propre et convenable.

Ainsi un hôtel à Sukhotay, même si ce fut difficile le lendemain matin de traverser la route dans la circulation.

63) En revanche c’était pleine tranquillité dans les bungalows au bord du lac Doi Taho, sauf que le lac semble avoir disparu.

Comme évaporé, sans que Marcelino sache pourquoi !


      Dernière étape


64) Imperturbable, tandis que tout le monde dort, l’organisateur joue les mécaniciens pour bien rouler le lendemain.

65) Encore frisquet ce matin mais courage et bonne humeur pour la dernière étape puisque le périple touche à sa fin.



66) Radieuse et toujours souriante, Evelyne qui aura su accrocher les bonnes roues.

67) Croisement avec une jeunesse estudiantine qui, en uniforme, file bien en rang vers son avenir.

Vers l’avenir de la Thaïlande qui devient un pays moderne et savant.



68) Puis le portique annonçant la proximité de Chiang Mai et donc de son aéroport d’où repartiront, via Bangkok, les voyageurs.

69) Non sans avoir, au préalable, sollicité un cachet destiné à l’homologation par la FFCT du carnet de « Voyage Itinérant ».

L’initiative fédérale cherche à promouvoir ainsi la pratique la plus élaborée du cyclotourisme.


      Prolongations


70) Les voyageurs prolongent leur séjour d’une semaine (supplément de 195€ par personne).

La plupart par une visite, en motorisé, des tribus dont celles des « femmes girafes ».

Un cyclo et une cyclote ont demandé à Marcelino de les conduire pour épingler des cols Thaï à leur riche palmarès.

71) On a reconnu Roger Millet (devant) et Maryvonne Driard-Terrier !

Si Roger, du Cyclo Club IBM Orléans est le responsable du groupe Orléanais, au Club des Cent Cols, Maryvonne, n°159 née en 1949 comptait 4346 cols différents, soit le 27e rang mais 3e dame du même Tableau d'Honneur.

Bravo à eux dans leurs différentes implications !




Mais tout le monde à égalité sur l’idée de faire un beau voyage.



.
Pour un autre voyage dans la même région mais en Vtt, en 2010, ...
CLIQUEZ ICI


.



Pour le site Voyages Vélo de Marcel hendrickx ... http://marcel-hendrickx.skynetblogs.be


.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil