SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

LES AUDAX TOURNAI A LA MER

Encore une sortie club de longue haleine

le Samedi 02 Octobre 2004

De manière traditionnelle les Audax Tournai proposent à leurs sociétaires une sortie à la mer, soit 200 km pour l’aller et retour. Cette année la date était tardive. Il y eut cependant 20 participants.

Au départ de Tournai, l’avantage d’aller à la mer, outre celui de « la » voir, c’est qu’on roule sur terrain plat. Et qu’il est alors plus facile de rester groupé. Parti à 7h30 le groupe est en effet rentré à 18h, comme prévu.

Et les Audax de l’aventure n’ont pas été déçus. Ils ont suivi un parcours d’introuvables petites routes sous la conduite, en allure « Audax », de Germain Bouton. Lequel a ainsi confirmé son talent de meneur d’hommes… et de femmes. Elles étaient cinq, bien au chaud, dans le peloton.



01) Pour un départ à 7h30, début octobre, on a besoin de « lumières ». Alors, l’espace d’un instant seulement, on pense à mettre les femmes (Micheline, Mathilde, Christine et Muriel) devant.

02) Oui, mais c’est Germain, avec son « road-book », qui connaît la route. Alors chacun s’équipe. Le départ est imminent. Nadine et Guy Delvaeye nous attendent à Pecq.



03) A Pecq, justement, il fait presque clair. La journée sera belle et ensoleillée. Il n’y a pas de vent. Du moins il n’est pas levé car il sera contraire… pour le retour.

04) A Lauwe, la barrière étant baissée, il faut laisser passer le train.



05) On repart et cette fois c’est l’autoroute Gand-Lille, avec son monument aux éperons de béton, qui est franchi. Au revoir la Wallonie.

      Les agréments du Pays Flamand

06) Moustache, qui nous escorte, a l’impression que les Audax sont dans les choux. Les terres agricoles du côté de Roulers (Roeselare) se consacrent à l’horticulture : choux, carottes, poireaux et même chrysanthèmes. On voudrait vous faire sentir les céleris. A la soupe !



07) Pour Alain et Micheline c’est toujours la même direction. Micheline en est à son 3e 200 km, après Tournai la Roche, et le 200 BRM d’Antoing, en six mois de vélo.

08) Moustache réussit un hardi contre-jour. Le groupe passe au pied du moulin par un sentier que seul Germain pouvait découvrir. Pour ce faire, il a étudié les cartes de son ex-Etat-Major puis vérifié sur le terrain. A plusieurs reprises.



09) Il n’y a aura qu’une seule crevaison. « The winner is… Hervé ». Trois compagnons lui permettront le rejoindre le groupe au plus vite.

10) Un arrêt est en effet prévu à 2 km de la fuite, à Westrozebeke, après la fromagerie, « kaasmakery », de Passendale et avant Vijwegen. « Cinq chemins » nous traduit Germain qui ne voudrait surtout pas qu’on roule idiots ! Arrêt… au Touriste !



11) Tout est bien calculé, car la maison jouxtant le bistrot c’est une pâtisserie.

12) Nadine en profite pour faire le plein d’énergie, mais elle quitte en vitesse la boutique qui est déjà décorée pour Halloween.



13) Et les autres, pendant ce temps, ils font le vide.

      Premières histoires de famille

14) L’arrêt chez les Westrozebekois ( ?) est mis à profit pour une photo qui n’est pas prête de se renouveler. La famille Cordier est réunie sous les couleurs Audax. Or Muriel est en partance pour la Chine (à Pékin) et Vincent pour la Guadeloupe (Club Méd.).



15) La traversée de la West-Vlaanderen se poursuit, toujours en direction de la « kust » (mon flamand fait des progrès ?).

16) Les plus jeunes du groupe, Vincent dans la roue de Sébastien, sont à la fête dans leur rôle de gardiens du peloton. Pour Vincent, le G.O. c’est même un métier.



17) En Flandre chaque bourgade connaît son glorieux cycliste. A Nieuwpoort, c’est Freddy Maertens, champion du monde à Ostuni (1976) puis à Prague (1981). Aujourd’hui, Freddy est gardien au Musée du Vélo de Roulers. Nous allons suivre une partie du circuit balisé en son honneur.

18) Qu’on nous permette un apparté, car nous avons saisi des bribes de la conversation. Jackie : « Ces Chinois, qui manquent de riz, ont-ils vraiment besoin d’adoucissant Lenor ? » Muriel : « Et si tu venais avec ta truelle pour réparer leur Muraille ? » Ne le répétez pas.



19) Puis c’est enfin « Thalassa ». Tout le monde est arrivé à bon port, à Middelkerke en l’occurrence.

      98 bornes pour voir la mer

20) « T’as voulu voir la mer ? chante Germain, Eh bien elle est là, avec un bateau qui va sur l’eau… »



21) Il en faut plus pour émouvoir un groupe d’Audax dont la préoccupation est désormais : « Quand est-ce qu’on mange ? »

22) C’est le jour ou jamais. Voici donc de nouveau le trio qu’on ne reverra pas en bleu de sitôt. Bonne chance.



23) Moustache, en tenue de reporter, immortalise ces grands moments. Puisqu’il est en voiture je vais rentrer avec lui car j’ai une importante réunion de famille à honorer de ma présence.

24) En attendant la famille D. s’amuse sur la côte. Sur l’air de « Chabada Bada… » qui émoustilla la jeunesse, s’il vous plaît.



25) Il nous manque donc le retour du groupe. Sauf que nous avons croisé le peloton à Leffinge. Toujours emmené par Germain.

26) Au milieu on se calfeutre car le vent est contraire. La route, toujours aussi bien trouvée, paraîtra plus difficile.



27) Et derrière, eh bien on reste derrière. Mathilde aurait tort de se priver avec l’assistance qu’il l’encadre.

      La prochaine fois les Flamands construiront eux-mêmes !

28) Sur le retour nous passons par Diskmude pour repérer le chantier interrompu (qui penche !) ayant occupé Jackie Devreese la semaine passée. « Dommage Jackie. La prochaine fois n’oublie pas le fil à plomb ! » Même les Chinois ne voudraient pas d’un travail pareil.


      Changement de décor


29) Changement de décor puisque nous voilà, à 15h, en famille à Ath. Aline, la plus jeune des enfants Tignon, fête ses 30 ans. Les parents sont maintenant bien tranquilles, sauf qu’avec les petits enfants…

30) Sans commentaire. Les verres sont levés, c’est le principal. Bon anniversaire.



31) Il faut occuper la jeunesse. Avec un vélo pour tous : Maud, Aliénor, Paulin et Amélie.

32) Les deux petits derniers, Aymeric et Sylvain, ne sont pas en reste. L’avenir leur appartient.




Voilà un reportage qui mêle les histoires de famille aux histoires de vélo ? C’est l’avantage d’un « site perso ». Alors merci de votre indulgence.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil