SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

MARCEL HENDRICKX AU DOI INTHANON CYCLOSPORTIF SOMMET DE THAILANDE 2013

Une escalade XXL et culte pour les Thaï

Le Dimanche 03 Février 2013 (2556 au calendrier Bouddhiste)

A 61 ans l’ancien Bruxellois Marcel Hendrickx, installé en Thaïlande, a de beaux restes cyclistes. Entre deux voyages guidés en Asie, il a participé à l’escalade du Doï Inthanon qui mobilise des milliers de Thaï sur vélo de route ou vtt.

01) Marcel Hendrick qui avait participé l’an passé en apparaissant bien affuté dans le reportage de son compatriote et copain Marcelino, s’était promis de tenter une nouvelle fois l’aventure.

Le voilà au départ de Chom Tong, début février de l’an 2556 … du calendrier bouddhiste utilisé en Thaïlande.



02) Avec l’ambition d’améliorer son temps de 3h30 pour 48 km (soit 14km/h !) et une élévation de 2239m, via des pourcentages horribles, pour arriver, à 2565m, sur le toit de la Thaïlande.

Ce qui donne à l’ascension une allure de pèlerinage où les cyclistes deviennent vite piétons.

Mais pas lui !

03) L’ascension du Doï Inthanon est organisée comme une randonnée cyclosportive qui se termine en moins de 3h pour les costauds et prend toute la journée pour les moins aguerris.

Ambiance de grand rendez-vous à la veille du départ.



04) Avec de l’animation et des stands de matériels et accessoires cyclistes. Comme dans les grandes cyclosportives d’Europe et les étapes (dont la Grinta ! à Tournai) du Cycling Tour en Belgique.

05) Ne pas négliger les formalités d’inscription.

Les photos reprises ici sont celles de Marcel Hendrickx renforcées par celles du site officiel de l’organisation : www.chomtong.com

Les textes en italique sont repris du compte rendu (épique !) écrit par ce même Marcel.



06) L’inscription donne droit à des plaques de cadre différenciant les routiers (en rouge) et les bikers (en bleu) même si tous suivent le même parcours de 48 km.

A l’exception des « verts » qui se contentent des 18 derniers kilomètres.

      Ambiance grand rendez-vous

07) L’organisation mobilise de nombreux bénévoles dont ceux qui assurent un service de ravitaillement.



08) Alors, pour se mettre dans l’ambiance de la fête sportive, on déguste la soupe thaï, énergisante et réchauffante.

C'est aussi l'hiver en Thaïlande ... avec des températures de l'ordre de 20°.

09) Nombre de participants organisent leur logement de la veille : souvent en camping improvisé et animé.



10) Ceux qui arrivent en véhicules d’entreprises affichent leurs couleurs. Ainsi la camionnette qui met en vedette le maillot BMC de Cadel Ewans.

Avant de reprendre celui de Philippe Gilbert ?

11) Le premier départ matinal (à 7h) oblige les organisateurs à se mettre en place dès avant le lever du jour.



12) Les participants affluent avec plus ou moins d’appréhension :

« Un millier de cyclistes, partagés entre le courage de tous et l’inconscience de certains mais réunis sur la ligne de départ de cette mythique course de montagne, le XXL des grimpées Thaïlandaises, le Doï Inthanon. » explique Marcel Hendrickx dans son écrit.

13) Tous se font une fierté de relever un défi lancé pour le groupe rassemblé derrière la banderole.



14) Confiance de routiers qui portent le maillot de club sponsorisé par Mr V Bike Shop.

Et donc bien équipés.

Au contraire de nombreux participants emportés par l'ivresse du sommet national.

      Départ d'aventure

15) Au cœur de la foule attendant le départ, auto portrait de Marcel H. qui, ensuite, s’emploiera plus à pédaler qu’à photographier.

Déjà bien concentré pour : « Vaincre ce géant des cimes, cette brute aux pentes abruptes, qui impose la forme et refuse la méforme. »



16) Le jour se levant, les officiels ont pris place sur le podium dressé à Chom Tong pour discourir puis donner le départ du 6e Doï Inthanon cyclosportif.

17) Polis comme tout bon cyclo, les cyclosportifs thaï et « farangs » (étrangers) écoutent patiemment les discours mais attendent impatiemment le signal de départ.



18) C’est parti !

« Un coup de révolver déchire l’air, le départ est donné. Poursuivi par le temps, le peloton s’élance à vive allure. Les compteurs s’affolent : 35, 40km/h !

Et les mecs, j’ai plus vingt ans !! »
se dit Marcel avant de se raisonner :

« Tais toi et pédale Mac ».

19) A 7h30 les bikers sont encore plus nombreux à s’élancer dans la folle escalade.

Marcel et les autres routiers sont déjà loin.



20) « Certains ne se font pas d’illusions, mais ont le sourire et la philosophie bien dans la mentalité thaï.

Ils prennent cela pour une promenade de santé. »

21) « Au pied du col, c’est la symphonie des dérailleurs en chaines désaccordées qui commence ! Grrrrrrrrrr, çà bruisouille de tous cotés !! »

s’amuse Marcel qui s’est bien positionné parmi les routiers de tête en accrochant les bonnes roues.



22) « Les premiers 10% font mal ! Cà s’enraille, çà déraille !!

Bonjour la cacophonie accompagnée de jurons qui se déclinent en plusieurs langues : Chit, Funk, Merde, Baa, … et j’en passe. »


convient Marcel qui comprend tous ces langages.

23) « La forme permet de monter à vélo. La méforme oblige à s’incliner dans les rampes extravagantes.

Même chez moi les jambes font mal, déjà à mi-distance »,
observe Marcel.


      Comparaison


24) Un peu de distraction touristique sur le parcours avec l’entrée dans le Parc Naturel dominé par le Doï Inthanon :

« Le paysage forestier aux grands arbres garant de la nature protégé est magnifique. Je trouve même le temps de me régaler des chants des oiseaux »

se prend (un bref instant) à poétiser notre héros.

24x) Et de se motiver en comparant mentalement l’ascension du Doï Inthanon, sommet de Thaïlande, à l’ascension de l’Alpe d’Huez pourtant monument du cyclisme français.

Cependant le schéma montre mal les passages à 15 puis à 18% des derniers kilomètres du sommet thaïlandais.



25) Les meilleurs routiers sont occupés à faire un temps canon malgré un modeste 20km/h et l’emploi d’un 36x25.

« Pour ma part, après le 42x23 du début, j’ai mis 30x25. Un peu plus grand que l’année dernière qui me permet d’aller plus vite et surtout plus en souplesse ! », justifie Marcel.

26) Le passage héroïque des costauds ne manque pas d’être encouragé par ceux, plaques de cadre vertes, qui, prenant le départ pour les 18 derniers kilomètres de l’ascension, laissent passer les fous furieux.



27) « Les cyclos plus modestes qui ont choisi la petite distance de 18km en s’imaginant que ce serait plus facile sont vite scotchés à la route, à pied ou en rupture d’équilibre »,

constate Marcel qui les doublera sans pitié.

28) Et de commenter :

« Certains n’ont pas la tête des bons jours.

Ils voulaient savoir? Maintenant ils savent ! »



29) Pour mieux sanctionner :

« Les Thaïs du Sud qui n’ont jamais vu la montagne, qui ne savaient pas qu’il fallait un triple plateau, zigzaguent en vain pour retarder l’issue aussi fatale que prévisible ! »

30) « A coté de moi, à son accent, je reconnais un anglais qui me demande si c’est encore dur longtemps :

« Here it’s still easy » (ici c’est encore facile) … que je lui réponds.

Je ne le reverrai plus ! »



31) « Les ravitaillements en eau, tenus avec les sourires et les encouragements de nombreux bénévoles tous les trois kilomètres, prouvent une parfaite organisation.

Le Doï Inthanon est bien rodé après les cinq éditions précédentes »,


note Marcel qui n’oublie surtout pas de boire et ainsi d’éviter les crampes.

32) Autour de lui les avis divergent mais la placidité des Thaï est légendaire :

« Certains n’ont pas la tête des bons jours. En voyant la mienne ils se disent la même chose et se marrent. »


      Photos Marcel


33) Heureux de se trouver bien placé pour le final, Marcel tente ce cliché rendu flou par l’effort de sa pédalée :

« Il reste huit kilomètres, les plus durs ! Aïe aïe aïe !! Dénivelée moyen de 12% avec des passages à 18% !!!

Compte tenu de l’altitude à plus de 2.000m et de la fatigue, ce genre de cocktail fait risquer … l’implosion ! ».

34) Le découragement est proche :

« Parfois assis, souvent en danseuse. La moyenne baisse, la vitesse tombe. Moi pas encore, mais c’est tout juste.

Le compteur indique 7 km/h C’est vraiment trop dur.

Les jambes sont tétanisées, le dos en compote et les bras douloureux.

Je ne suis plus un cycliste, mais un alpiniste épuisé … qui voit le sommet sans être sûr d’y arriver. »



35) Or la voilà, l’arrivée, sous les portiques Shimano. Non sans un sursaut d’orgueil :

« Quel plaisir d’arriver au sommet, de vaincre une fois de plus ce géant qui impose le respect.

Grande est ma satisfaction de m’être battu surpassé et, finalement, d’avoir mis 25 minutes de moins que l’an passé. ».

36) Marcel n’a pas combattu pour la gagne comme les routiers qui sont sur le podium, mais il se souvient de son finish :

« Si, comme de juste, le 1er est arrivé avant le 2e , le 56e est arrivé avant le 57e … que j'ai rejoint à 500m de la ligne. »



37) Alors que les plus valeureux bikers sont applaudis sur le podium, ce bilan perso satisfaisant :

« A 61 ans, je termine sur le toit de la Thaïlande (2565m) en 3h05, soit une moyenne de 16km/h, après 48km et une élévation de 2239m. »

38) La célébration des dames, elles aussi arrivées triomphantes au sommet, ravive les souvenirs de Marcel :

« Alors que le physique me lâchait, la volonté et le mental me disaient d’encore avancer. Mètre après mètre, en grignotant des centimètres ! »



39) Dans une ambiance festive et dans un décor coloré reviennent des souvenirs furtifs :

« En vue de l’arrivée, ayant reconnu ami Sergio zigzagant, je le dépassai sans rien dire.

Lui m’ayant crié qu’il était « mort » et qu’il avait des crampes, je m’étais senti presque mieux ! ».

40) Et puis la conclusion, on ne peut plus modeste, de l’ami Marcel Hendrick :

« Après l’effort le réconfort. Tous les cyclistes sont invités à un buffet champêtre à volonté, et à la remise des trophées…..

Bravo à l’organisation ! »




Bravo aussi, et surtout, à tous ceux qui ont le Doï Inthanon dans leur musette.



.

Pour revoir la montée du même Doï Inthanon en 2012 avec Marcelino ...
CLIQUEZ ICI



.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil