SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

A ESTAIRES LA HENRI DUREZ DES RANDONNEURS ESTAIROIS 10

Malheureusement sous la bruine, mais quel accueil !

le Dimanche 21 Mars 2010

Ils ne sont pas « des Gueux » les Randonneurs Estairois qui ont l’humour des « Baudets railleurs » pour accueillir, sous une bruine printanière, 417 participants, dont 334 cyclos à leur Randonnée Henri Durez.

01) Honneur au courageux Randonneur Estairois (59, entre Armentières et Béthune) qui avait reçu mission d’accueillir la foule au local du club installé dans l’enceinte de l’école publique Louis Pergaud, rue Kennedy.

A 8h il n’avait vu venir que deux cyclos sous la bruine. Les choses vont ensuite s’arranger avec 417 participants mais pour l’éclaircie il aurait fallu patienter jusqu’après midi.



02) Le club des Randonneurs s’est mobilisé et organisé pour le meilleur accueil :

« L’an passé, sous le soleil, on avait failli être débordé par un nombre record de 945 participants. »

03) Quand on vous dit qu’ils ne sont pas « dégueu … » les Estairois, c’est parce qu’ils sont beaux et nombreux dans leur uniforme de cérémonie cyclo !



04) Parmi eux, des personnalités qui font des Randonneurs Estairois un club de référence à la FFCT.

Ainsi avec Martine Révillion, membre du Comité de la Ligue Nord-Pas de Calais.

05) Randonneurs auteurs de nombreuses Diagonales de France en couple, Laurence Creton et Olivier Boutinaud.


      ``


06) Egalement randonneurs au long cours et impliqués dans le Codep 59 …

07) Le président Marc Declercq, à droite, qui accueille l’ancien vélociste de Morbecque décidé à braver les intempéries, est membre du club depuis sa fondation en 1975.

C’était à l’époque de Henri Durez, maire d’Estaires de 1965 à 1985, qui a favorisé l’éclosion des Randonneurs Estairois.



08) Un club très impliqué dans la formation et l’encadrement des jeunes.

Même si ceux-ci se font rares, les « cadres » sont toujours là, et le local aussi.

      Bonjour les impers

09) Venus à vélo, les représentants de la Chapelle d’Armentières.

A droite le père et le fils.



10) Une équipe venue de Merville, donc de la ville voisine.

Imperméables il y a, mais certains espèrent passer entre les gouttes.

11) Une partie du groupe de Deulémont qui va se voir attribuer la coupe du plus grand nombre de jeunes.

Une distinction sensible pour les Estairois.



12) Le travail d’écriture dominical : inscription.

13) Inscription, sous le contrôle du président d’Estaire, des Richebourgeois :

« On a dû se partager pour être présents à Estaires et à Billy Berclau. »



14) Puis passage à la table et à la caisse.

En échange d’un plan du parcours qui offre le choix entre 35, 58 et 70 km.

      En famille et en route

15) Cyclotourisme inter-générationel : papy, papa et fiston.



16) Greg et Franck, frère et papa de Mady …

Laquelle Mady brille par son absence (« T’as pas vu qu’il pleut ? » a-t-elle répliqué !) … mais aussi par ses résultats dans ses premières courses :

4e et 6e en Ufolep. Forza Mady !

17) Sortir de la cour pour se lancer sur le parcours avec les cyclos de Merville, en direction de Merville.


      ``


18) Puis ceux de Deulémont. Les plus prudents sont sous la « bâche ».

Tous partent pour un grand tour autour de, l’à peine bien nommé, « le Doulieu » »

19) Rue Kennedy à Estaires, reconstruite après les destructions de la Grande Guerre avec son beffroi.

Croisement de ceux qui partent déjà et de ceux qui arrivent enfin.



20) Sur la route en laissant derrière soi le panneau d’accueil en la cité dite des « Baudets ».

L’occasion de se souvenir que lors de la Révolte des Gueux (1566), les Calvinistes s’en prirent aux Catholiques au point de, lors de la Fête-Dieu, mettre un âne sous le dais à la place du curé.

Cet épisode fait que les cyclos Estairois se surnomment volontiers les "Baudets railleurs".

      Chanter sous la bruine

21) C’était le cyclo de … Lestrem.

De loin il avait vu venir le chien noir et tint à s’épargner du danger en criant : « Au pied, le chien ! ».

Mais c’est à ses propres mollets qu’en voulut l’animal rendu fou !



22) Chantant sous la pluie, tout roulait bien pour les cyclos de Nieppe.

23) Mais l’annonce de la séparation entre 35 et le 58 km plongea l’équipe dans une interminable hésitation.



24) Le groupe suivant arriva à son tour au même point de divergence.

25) Pour eux les choses furent vite dites :

« Ceux du 35 prennent le 35 à droite et ceux du 58 (ou plus) prennent le 58 à gauche. »

Simple, non ? Sauf que les ardeurs humides mollissent !



26) L’inter-génération est bel et bien en route et ne se pose pas de questions.

27) Voilà que, enfin, le problème des cyclos de Nieppe est résolu :

l’un d’eux est parti sur le 58.

Les autres ont promis de l'attendre à l’issue du 35.



28) Pour ceux-là pas de discussions :

« On est hors circuit ! Notre propos est seulement de rouler jusqu’au Mont Noir. »

      Ravito et final

29) Au pied du pont franchissant la ligne du TGV Lille-Calais, se trouve le poste de ravitaillement.



30) Aussi courageux que sympas, les ravitailleurs attendent patiemment sous la bruine.

31) Le final offre un passage très pittoresque.

Un étroit sentier marqué par une berme centrale herbeuse.



32) Décor de carte postale du côté de La Boudrelle :

une rivière aux multiples méandres.

33) La rivière se jette dans la Lys en amont d’Estaires.

Les cyclos de la Couture, Nanard bien abrité, n’en ont cure qui annoncent leur intention de participer, coûte que coûte, à la Grinta ! Tournay du 8 Mai.



34) Le tableau des résultats et les coupes qui attendent la remise.

35) En remerciement aux plus « beaux des railleurs » que sont les Randonneurs Estairois.

Vraiment pas … des Gueux !




Du cyclotourisme par tous les temps et toujours avec bonne humeur.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil