SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

TRANSFRONTALIERE A BRUAY SUR ESCAUT

Lundi de Pentecôte en Valenciennois

Lundi de Pentecôte 31 Mai 2004

Pour un Tournaisien, Bruay sur Escaut c’est déjà Valenciennes. Et pour un Valenciennois Tournai est « terra incognita ». Le mérite du Challenge des Transfrontalières est alors double.

Le Challenge des Transfrontalières concerne six clubs Français (dont Bruay sur Escaut) et six clubs Belges (dont Tournai qui fut à la fondation) situés dans le Parc Naturel Scarpe-Escaut (F) ou dans le Parc Naturel des Plaines de l’Escaut (B)… voisin. Les deux Parcs réunis ont donné naissance à des opérations « transfrontalières ». Tel le Challenge des cyclos, soutenu (dépliant et récompenses des lauréats) par les autorités des deux Parcs.



01) A huit heures du matin, il n’y a pas grand monde à Bruay sur Escaut. Mais ce cyclo de Valenciennes est un bon précurseur car l’A.C. Bruay enregistrera 607 cyclos. Dont 28 d’Antoing (B), 27 d’Aulnoy (F), 22 Santé Valenciennes et 22 Somain (F), 20 Quarouble (F), 18 Tournai (B), 17 Taintignies (B)…

02) A côté de la table d’inscription, se trouve la table d’homologation des cartes Transfrontalières. Le cyclo qui participe à sept randonnées sur les douze (donc au moins une dans le Parc naturel de l’autre pays) est lauréat. Il a droit en fin d’année au cadeau (genre coupe-vent, sacoche…) offerte par les Parcs.



03) Les Français épatent toujours avec leur sandwich et boisson offert à l’arrivée contre le ticket d’inscription. Et le « pain français », la baguette, est encore meilleur un Lundi de Pentecôte, jour de fermeture pour les boulangers belges. Tiens des Français qui travaillent (enfin 2 sur 3!) en ce lundi férié. Voilà qui va donner des idées au gouvernement.

      Pas matinale, la Matinée de l'A.C.B.

04) L’équipe du président Michel Brossard, alias Big Moustache, s’est levé un peu tard. Mais il n’est jamais trop tard pour débarquer le réconfort de la camionnette.



05) Sauf que les gars sont pas réveillés. Et patatras ! Un casier par terre. Pas grave c’est de l’eau à bulle dans des petites bouteilles vertes. Le casier bières est intact. On peut partir rouler tranquille.

06) Le signal est donné devant la salle polyvalente, en plein centre de Bruay sur Escaut. Une commune de l’ancien terroir minier, situé tout près d’Anzin, donc dans le Valenciennois, et sur le bord de l’Escaut qui file ensuite vers la Belgique.



07) Le fléchage ne va pas poser problème ! Même si des esprits délicats auraient beau jeu de remarquer qu’elles ne sont pas discrètes les flèches !

08) Petite émotion. Le fleuve Escaut est un lien très fort entre nos régions transfrontalières.



09) Un fleuve canalisé qui se prête au transport de marchandises lourdes. En arrière plan, le chaland transporte 60 containeurs. Lesquels ne sont donc pas sur les routes.

      Au de là de l'Escaut... manque Margot.

10) La plupart des participants arrivent au départ en groupe club sur le coup de 9h. On verra qu’ils ne s’inscrivent pas souvent sur la longue distance (80 km). Ceux de Marly arrivent donc à Bruay.



11) Sur le parcours, ceux-là représentent une tendance qui nous a frappé. Les cyclos du Valenciennois ont une pratique plus « club » mais aussi plus « sportive » qu’en Belgique et dans la Métropole Lilloise par exemple. Seraient-ils plus costauds ? Ou moins marqués par l’esprit cyclo de la FFCT ?

12) Sebourg est incontournable. Village pittoresque qu’on va traverser à l’aller et au retour en profitant de la « profonde » vallée de la Aunelle qui donne du relief à un parcours très agréable se dirigeant vers Roisin (B), puis Bavay (F).



13) Ceux-là sont des costauds qui franchissent l’obstacle en trombe. Une partie d’entre eux fera le grand tour. A bonne allure.

14) Je rattrape des cyclos fâchés. Ils n’ont pas suivi le rythme du groupe : « C’est pas normal. Cela roule trop vite dès le départ. Dans ces conditions je coupe sur le 55 km ». Eternel débat.



15) Ce groupe là, je n’ai même pas eu le temps de le voir venir. Même que j’ai eu droit à un terrible courant d’air. J’ai l’impression qu’il n’y a pas de pareils costauds dans la Métropole. Tiens, même pas aux Cyclos Copains de Wasquehal !!!

16) Alors faute de merles, je photographie des grives. Je fais semblant de m’apitoyer sur le sort de ces cyclos de Quiévrain. Mais ne me demandez pas s’ils viennent d’Outre Quiévrain.



17) Ce qu’il faudrait c’est du bon miel, de la gelée royale… Une spécialité du pays.
Mais ce qu'il n'y a pas aujourd'hui, c'est de poste de ravitaillement qui fasse aussi point de convivialité. Cette absence d'arrêt favorise l'esprit "pseudo-sportif".

18) A croire que les malheureux « fuitards » de Quiévrain ont trouvé le bon produit. Les voilà qui reviennent alors que nous revoilà à Sebourg.


      Retour sur terrain plat après Sebourg.


19) Désormais, nous allons voir du monde. C’est à dire tous ceux qui sont partis sur le coup de 9h.

20) Sebourg est long à traverser, … comme un jour sans pain. Il faudra revenir à la fête dimanche prochain.



21) Ce trio est photographié à cause d’un décor qui n’apparaît pas bien : au fond il faut deviner les installations de la nouvelle usine Toyota, à Onnaing.

22) Sur le bord de la route, à Quarouble, un des rares monuments dressés à la mémoire de « ceux » d’Afrique du Nord. Mon frère Pierre (qui en est revenu, lui) serait content de voir cela. Enfin il dirait : « Il est temps d’y penser ».



23) On ne va pas faire de rapprochement, mais ces deux là réparent : « C’est mon pneu qui a éclaté ».

24) Sur le Pont de l’Escaut, ceux de Marly ne sont plus loin du but. Mais ils courent vers l’arrivée.



25) Et ceux là courent, en file indienne, après ceux qui sont devant.

26) Visiblement le groupe (vert) de Saint Saulve a explosé. En voilà deux qui ont pris leur partie de terminer en roue libre.



27) Croisement sur le pont de l’Escaut. Pour certains clubs, qui se contentent de la petite distance, le retour se fait aussi en groupe.

      Fin de Matinée de l'Amicale Cyclo de Bruay.

28) A l’arrivée c’est l’heure des débats. On revit les épisodes du jour, tous plus sanglants les uns que les autres.



29) Et l’on se soucie de l’heure. Pour calculer la moyenne ou pour rentrer dans les délais familiaux ?

30) Les Cyclos de Raismes, profitent des installations pour un moment de réconfort.



31) Les Cyclos Santé de Valenciennes se refont sans doute une santé.

32) Et ceux de Marly se paient un peu de bon temps. La matinée fut superbe, beau temps et bon parcours.




C’était une bonne détente pour profiter d’un Lundi de Pentecôte, un jour encore férié en France. Mais pour combien de temps ?


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil