SITE PERSO
www.tignon.be
SITE PERSO
www.tignon.be
Accueil Brèves VELO Reportages Voyages Archives VTT Liens

PICARDE FLAMANDE A AALBEKE

Chez les « Flamins », comme chez soi.

Le Samedi matin 30 mai 2004

Le club flandrien (en Picard on dit « flamin ») « De Morgentrappers d’Aalbeke » est entré dans le Challenge des Picardes à la satisfaction générale. Beau temps, bons parcours et très bon accueil.

Dans sa 16e année, le Comité des Picardes avait décidé d’inclure la Randonnée de Pentecôte (Pinkster) du club d’Aalbeke qui brille par son assiduité à nos randonnées Picardes L’idée était bonne. Nous avons roulé chez des voisins Flamands de bonne compagnie. Et nous y avons reçu le meilleur accueil. Satisfaction pour nos hôtes et pour près de 500 cyclos, sous le soleil.



01) Pour une bonne raison familiale, je choisis de participer dès le matin, les inscriptions étant ouvertes de 8 à 14h. On est à la veille du week-end de Pentecôte. Absents, les Français sont, paraît-il, déprimés à l’idée de devoir bientôt travailler le Lundi de Pentecôte.

02) Aux inscriptions, cela fonctionne comme ailleurs. Mais les maillots sont nouveaux pour nous. Ceux-, de Marke (dans l’entité de Courtrai) sont chez eux, car les cyclos d’Aalbeke habitent à Marke.



03) Beaucoup de monde pour les inscriptions. Avec beaucoup de courtoisie, surtout.

04) Un tapis bleu avait même été déployé sous nos roues. Pour cacher les indigestes gravillons.



05) L’accueil se fait dans les locaux du complexe scolaire privé, « Centrumschool », de Marke. On s’élance pour 30, 60 ou 90 km.

      Plus que tu pédales moins vite, moins ...

06) Très vite un chemin de halage annonce la couleur : « interdit aux autos comme aux motos ». Donc la limitation à 40 km/h s’adresse aux vélos !



07) Ceux-là ne sont pas loin de l’infraction. Le circuit, avec un maximum de petites routes tranquilles, sera très roulant et varié. Dommage, cependant, qu’on ne nous entraîne pas vers les Monts des Flandres que méconnaissent les Tournaisiens.

08) Un moment on a douté du fléchage. Un peu tardif et très à droite. Avec une hésitation pour la flèche de rappel qui est bien présente, mais presque sous la voiture, à la sortie de Lauwe.



09) Un autre moment la route est très encombrée. On tombe sur un concours de chant … de pinsons. Le compétiteur est au noir dans sa cage. Il s’évertue à faire des gammes qui sont consignées à la craie sur un bâton par son maître.

10) Au niveau de l’autoroute Lille-Gand, on ne peut manquer ce monument. Un « éperon de béton » qui évoque les Eperons d’Or, bataille (et victoire pour eux) très symbolique en Flandre.



11) Ce qui ne perturbe pas le moins du monde la progression de ce trio de cyclos « Picards ». On reconnaît Francis Courtin président du club de Péruwelz et, en rouge, Jean Claude Vandaele, de Lamain.

12) Tout heureux de nous saluer est ce trio de cyclos Flandriens, en belle tenue de marque, qui n’ose pas croire que la photo se retrouve sur Internet : « Demain soir, au plus tard ». Promesse tenue.



13) Revoilà un autre concours de pinsons. Cette fois nous saisissons en même temps le passage de cyclos. Leur maillot est couleur « canari ». Sans erreur possible il s’agit du club de Neufmaison.

14) Le copain Léon, d’Halluin, arrive à point nommé pour illustrer le cliché. A de très nombreux reprises nous roulons sur des portions de route « touristique ». Ici le balisage est même bilingue. Je désespère pas de devenir « tri-lingue » : Français, Flamin et Tournaisien.


      "Servez-vous, faites comme chez vous..."


15) Le ravito est installé en bordure du canal de Bossuit, dans une rue très chère aux adeptes de cycles américains : le « Trekweg » ; Un chemin qui voit pourtant passer autant de Cannondale que de Trek.

16) Nos ravitailleurs décident de s’installer à l’ombre. D’où un premier déplacement des tables, car le soleil ne va pas s’arrêter de tourner. Vous me dites que c’est la terre qui tourne ? Ah, bon.



17) Et un petit ravitaillement peut entraîner une grande rencontre. Ces deux Mouscronnois sont fort aise de se retrouver. « Depuis le temps qu’on ne s’est vus ! »

18) Ceux qui nous suivaient arrivent à leur tour et animent l’aire de récupération.



19) Profitons-en pour prendre un peu d’avance. On les surprend en plein effort dans une des nombreuses légères montées du parcours.

      Ma culture est très agricole.

20) La culture, vous le savez, ne laisse pas indifférent les cyclos. Surtout quand il s’agit, comme ici, de planter du céléri rave. A six sur la machine, mais la plantation se fait encore à la main.



21) Puisque nous voilà à « la ferme », voyez que les « célébrités belges » ne manquent pas d’opportunisme. Par souci d’équité, on recherche des portraits rouges, jaunes…

22) Ces quatre Mouscronnois n’ont cure de toutes nos subtilités. Eux sont à la recherche du temps perdu.



23) Léon est vraiment très précieux. Cette fois c’est le vieux moulin qu’il vient embellir. De plus il transmet le bonjour de « Tonton » qui doit imprimer la photo !

24) La randonnée se termine vers 11h. On y retrouve des cyclos d’Aalbeke, en tenue club, très satisfaits de savoir que tout s’est bien passé.



25) Pas mécontent non plus de l’aubaine, le Jean Delbecq, dans le costume qui lui va à ravir : « Sur proposition des organisateurs, j’ai fait mes provisions de boissons ».

      Ambiance de fête flamande.

26) Pour ceux-là, il y a urgence de récupération : « Demain on roule à Péruwelz, lundi à Bruay sur Escaut ». De vrais pros.



27) Dans le groupe de Marke l’angoisse est paroxystique : le cyclo de droite explique qu’il a été pris de « crampes ». Du moins j’ai entendu le mot « crampe » dans ses explications en Flamand.

28) Ici, je marche sur des œufs. Sur le maillot jaune il y a un sponsor de Chièvres, un autre de Lens, un troisième de Tongre Notre-Dame. Même la ville de Saint Ghislain qui s'y colle! Ce qu’il faut c’est un gros sponsor de Neufmaison, non ?



29) Le président Gérard Dumont n’est pas peu fier de sa longévité cyclotouriste (depuis 1975). Ce n’est donc pas sa faute si, la semaine dernière à Taintignies, … il s’est égaré dans le Cambrésis. Les Français n'ont pas voulu du clandestin. On l’a retrouvé, c’est le principal.

30) Sous la houlette du président Albert Willocq, les cyclos de Leers-Nord prennent la route de Mouscron. Ils retournent à vélo.


      Daniel, il fait beau là-haut?


31) Et quand je suis rentré à la maison, il y avait déjà mon beau frère de Cholet (49) qui s’ennuyait sans moi.
Alors il a décidé de faire mon boulot ! Bien! Mais dommage qu’à la fin… il a glissé. Dans le plâtre !



A vélo on est tous frères. Mais quand l’accueil est si soigné, c’est qu’on fait partie de la famille.


Haut de page

©2007 Contact : tignonaWebmestre BrèvesVELOReportagesVoyagesArchivesVTTLiensAccueil